Colombie – FARC : l'aboutissement des négociations

ACTUALITE – Un accord de paix « final, intégral et définitif »1 de 297 pages a été signé à la Havane (Cuba) entre le gouvernement colombien et les FARC [las Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia], quatre ans après avoir débuté les discussions. Après plus de cinquante ans de lutte armée, cette nouvelle est un renouveau politique et apporte avec elle de nouveaux défis pour le pays. Explication.  

Français

Signature de la Paix à Cuba entre Ivan Marquez (représentant des FARC) et Humberto de la Calle (représentant du gouvernement colombien) – source : capture d’écran de la signature

La paix signée, les promesses d’un renouveau politique

La paix a été signée ce mercredi 24 août à la Havane (Cuba) où se déroulaient les négociations depuis quatre ans. Si certains observateurs considèrent que ce temps était nécessaire pour mettre fin à plus de cinquante ans de conflits armés, ce processus a semblé encore trop long pour le gouvernement colombien. Cette paix est donc considérée comme une réelle avancée pour la stabilité interne du pays, les droits de l’homme et la construction d’une nouvelle ère politique.

Les FARC sont passées par plusieurs phases de luttes et d’objectifs. En effet, dans le courant des années 60, les FARC étaient des milices d’autodéfense paysannes qui protégeaient cette population, prise pour cible lors d’affrontements violents. De souche marxiste-léniniste, le but était de s’opposer à l’exploitation des élites et à l’implantation des USA dans la région. Un tournant a eu lieu dans les années 80, quand les narcotrafiquants colombiens ont commencé à leur payer une redevance, permettant d’acquérir une importante source d’argent. Recrutant des enfants et commettant des disparitions et des meurtres auprès de touristes étrangers, ce groupe armé s’est fait connaitre et craindre.

Ce temps semble désormais révolu. En effet, plusieurs tentatives de cessation ont été signées mais aucune n’ont amenées la paix. L’ancien Président Uribe s’étant toujours refusé de négocier avec ce groupe armé, les discussions n’avançaient pas. Aujourd’hui, bien que critiqué par certains bords politiques du pays, le gouvernement actuel a permis d’arriver à un accord : « L’accord n’est pas parfait, mais c’est le meilleur accord possible »,2 selon Humberto de la Calle, avocat au sein du Parti Libéral Colombien. Pour Ivan Marquez, chef négociateur des FARC, « L’accord de paix n’est pas un aboutissement, c’est un nouveau départ ».3 Ces déclarations sont prometteuses mais pouvons-nous être cartains de leur portée ?

 

Le référendum du 2 octobre, la confirmation de l’accord par le peuple 

Ce négociations ont été importantes et marquent d’une certaine façon la fin d’un chapitre historique du pays. Mais tout n’est pas encore réglé. Le 2 octobre prochain, le peuple colombien devra confirmer les négociations en participant à un référendum à ce sujet. En effet, il y sera question de la façon de juger les guérilleros et de comment les désarmer. Si le oui l’emporte, les accords seront donc confirmées et cette nouvelle ère politique tant attendu pourra prendre forme. 

Ainsi, l’accord confirmé prévoit une mise en vigueur progressive.4 Il y a tout d’abord un cessez-le-feu immédiat accompagné du désarmement des FARC, qui se fera en 180 jours et sous la supervision de l’ONU. Ensuite, les militaires, les rebelles et les civils ayant commis des crimes graves seront jugés alors que les autres, accusés de crimes moins graves (rébellion ou possession illégale d’armes à feux), seront amnistiés. Ce conflit a fait des centaines de milliers de morts et plusieurs millions de déplacés. Il est important que les responsables soient jugés pour leur crime, mais une politique d’ouverture et de compromis est néanmoins pertinente.

En effet, le compromis est le maitre mot de ces accords. Les FARC désarmées auront la possibilité de se maintenir en tant qu’organisations politiques, ce qui leur permettra de se soumettre au vote populaire pendant les élections et d’avoir une représentation législative. Pour le Président actuel de la Colombie, Juan Manuel Santos, « Tenemos el texto definitivo del Acuerdo Final (…) y, ¿ en que consiste este Acuerdo Final ? Es un conjunto de compromisos articulados entre si para terminar el conflicto armado y darnos la oportunidad de construir juntos una paz estable y duradera para todos los Colombianos ».5 

Le président a également parlé d’un plan de financement et de développement de politique pour aider les paysans, premières victimes des délocalisations et de la pauvreté. Il y aura également un plan de financement pour lutter contre les narcotrafiquants et les FARC devront rompre tous liens avec eux, afin d’exister politiquement parlant. 

Si le non devait l’emporter, le texte devrait être réétudié juridiquement mais rien ne pourrait exclure un retour aux armes. Le 2 octobre prochain, les Colombiens vont non seulement écrire une page importante de leur histoire mais ils vont peut-être sceller un chapitre de 52 ans de guerre civile, pour en écrire un nouveau, que l’on souhaite prospère. 

 

1 Provenant du discours en espagnol du Président Santos, traduit par mes soins : "Un acuerdo de paz final, completo y definitivo". Juan Manuel SANTOS, Alocución del Presidente Juan Manuel Santos sobre el Acuerdo Final de Paz con las FARC [24 août 2016] [enregistrement vidéo]. In : Infobae. Disponible sur : http://www.infobae.com/america/america-latina/2016/08/24/juan-manuel-san...

2 Marie DELCAS (25 août 2016), « Colombie : entre le gouvernement et les FARC, « la guerre est finie » », Le Monde. Repéré à : http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2016/08/25/apres-52-ans-de-guerr...

3 IBID

4 Juan Manuel SANTOS, in Infobae. Op. cit.

5 Traduction par mes soins du discours en espagnol du Président Santos : "Nous avons le texte définitif de l'Accord Final (...) et, en quoi consiste cet Accord Final ? C'est un ensemble de compromis articulés entre eux pour en finir avec le conflit armé et nous donner l'ooportunité de construire ensemble une paix stable et dans la durée pour tous les Colombiens".  IBID

 

Par Sonia Rodríguez - Coordinatrice de projets au CIPADH

 

Webographie

The Associated Press (24 août 2016), « Colombia, FARC Rebels Reach Deal to End Half-Century War », The New York Times. Repéré à : http://www.nytimes.com/aponline/2016/08/24/world/americas/ap-lt-colombia...

Marie DELCAS (25 août 2016), « Colombie : entre le gouvernement et les FARC, « la guerre est finie » », Le Monde. Repéré à : http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2016/08/25/apres-52-ans-de-guerr...

Javier LAFUENTE (25 août 2016), « Colombia abre una nueva era al lograr un acuerdo de paz con las FARC tras 52 años de guerra », El Pais. Repéré à : http://internacional.elpais.com/internacional/2016/08/24/colombia/147206...

Béatrice ROMAN-AMAT (2012), « Colombie : qui sont les FARC ? », Ça m’intéresse. Repéré à : http://www.caminteresse.fr/economie-societe/colombie-qui-sont-les-farc-1...

Juan Manuel SANTOS, Alocución del Presidente Juan Manuel Santos sobre el Acuerdo Final de Paz con las FARC [24 août 2016] [enregistrement vidéo]. In : Infobae. Disponible sur : http://www.infobae.com/america/america-latina/2016/08/24/juan-manuel-san...

Category: