Des langues en voie de disparition #03 – Le rama

ANALYSE – Dans le cadre de notre nouvelle rubrique « Des langues en voie de disparition », le CIPADH s’intéresse aujourd’hui à une langue de la côte Est  du Nicaragua, présente, notamment, sur l’île de de Rama Cay : le Rama. Cette langue est classée parmi celles en situation critique selon l’UNESCO [1]. Ce langage ne doit pas être confondu avec le créole de Rama Cay, langue en danger et présente dans la même région. Malgré quelques ressemblances les origines du créole de Rama Cay remontent à la colonisation et à l’intronisation du créole dans les territoires des ramas. Le rama est quant à lui la langue parlé anciennement par les amérindiens ramas. Face à sa disparition, un projet pour « revitaliser » la langue a été lancée dans les années 80 [2]. Que représente cette langue ? Comment peut-on tenter d’éviter la disparition d’une langue ?

 

Français

Rama Cay - Wikimedias Commons

  • Le rama, une langue des peuples autochtones du Nicaragua

Aujourd’hui, environ 30 personnes parleraient le rama selon les chiffres cités par l’UNESCO [3]. C’est la langue des Ramas, un peuple autochtone du Nicaragua. Selon The World Factbook  de la CIA (Agence de renseignement extérieure des Etats-Unis d’Amérique), il y aurait environ 5% d’autochtones au Nicaragua [3]. Plus précisément, en 2014, l’ONG International Work Group for Indigenous Affairs (Groupe de travail international pour les affaires autochtones) estimait le nombre de Ramas à environ 2000, loin derrière d’autres groupes comme les Chorotega ou les Cacaoperas [4]. Le rama est une langue de la famille des Chibchas parlé par les amérindiens d’une partie d’Amérique Centrale et du Nord de l’Amérique Latine [5]. C’est une langue ancienne malgré son histoire peu connue. Par ailleurs, depuis la fin du XIXème siècle, elle a été très affaiblie : des missionnaires protestants ont véhiculés un nouveau moyen de communiquer à base de créole [6]. Aujourd’hui, le système politique du Nicaragua accepte et reconnait les particularités des populations autochtones. La Constitution de 1987 protège les communautés des régions des Caraïbes [7]. Cette légitimité s’est renforcé avec l’adoption de nouvelles normes dont certaines concernant particulièrement les langues autochtones. Dans ce contexte de reconnaissance du Nicaragua comme Etat multiethnique,  le gouvernement sandiniste a cherché à protéger ces langues et a donc souhaité mettre en place un projet de revitalisation du rama. Un symbole pour les populations autochtones sur leur chemin de la reconnaissance de leur identité et leur ethnie, oppressées pendant la colonisation. C’est une linguiste, Colette Grinevald Craid qui va mener le RLP, c’est-à-dire le Rama Langage Project [8]. Qu’est-ce que la revitalisation d’une langue et en quoi consiste le RLP ?

 

  • La « revitalisation » d’une langue, un projet utopique ?

Dans le cas du Nicaragua le projet de revitalisation de la langue a été mené par le gouvernement à la demande de la communauté des ramas [9]. En général, beaucoup de langues ne sont parlées que par trop peu de personnes. En 1996, Bernard H. Russel soulignait que la grande majorité de la population mondiale parlait seulement un nombre très minoritaire de langue : 97% de la population du globe ne parlait que seulement 4% des langues existantes. Inversement une minorité de personnes parlent la majorité des langues du globe [10]. La diversité linguistique peut donc être en danger sans programmes de protection de certaines langues vernaculaires et non véhiculaires. La langue véhiculaire étant la langue utilisée comme moyen de communication même si de différents dialectes peuvent exister. Au contraire, la langue vernaculaire n’est parlé qu’a l’intérieure d’une même communauté. La prospérité de certaines langues comme l’espagnol, l’anglais ou encore l’arabe n’est pas à douter. Cependant, des langues usités uniquement par certains groupes d’individus sont déjà éteintes ou en voie d’extinction. La langue est le témoignage d’une histoire, d’une culture, de connaissance mais exprime aussi la vision d’une réalité. La revitalisation d’une langue est donc nécessaire pour la sauvegarde d’une identité et d’une culture. La revitalisation peut prendre deux sens, selon les experts Leanne Hilton and Ken Hale. Dans un premier temps, la revitalisation peut être la mise en place de programmes qui visent à rétablir un langage qui n’est plus usuelle pour communiqué dans un groupe. Ce sens de revitalisation a pour but de redonner tout son rôle à cette langue. Cela peut aussi signifier plus généralement de stopper et inverser le déclin de la langue [11]. Pour ces deux auteurs, revitaliser une langue c’est estimer qu’il y a un déséquilibre auquel on veut remédier et qui parfois découle de l’oppression d’une autre langue [12]. La revitalisation d’une langue apparait alors comme le dernier espoir, qu’en est-il dans ce cas présent ?

 

  • Le projet de revitalisation de la langue rama

Le projet de revitalisation du rama au Nicaragua prend ses racines dès 1985. Dans un premier temps, c’est la linguiste Colette Grinevald Craig qui va prendre en charge le projet. Le programme s’annonce herculéen. Avant 1985, il était raconté que seules 3 personnes parlaient le rama [13]. Dès la mise en place de nouvelles politiques de revitalisation au milieu des années 80, l’enseignement du rama à l’école reprend, [14] combiné à d’autres initiatives, comme la rédaction d’un dictionnaire [15]. Pour reprendre les termes (et les observations) de la linguiste Bénédicte Pivot, au départ le projet de revitalisation ne passe que par des moyens de « transmission formelle ». Cependant, avec le temps, ce projet va amener les Ramas à se réapproprier leur langue et à la chérir, sans toujours la maitriser totalement [19]. Ce peuple a évolué dans la façon d’appréhender sa langue et son sauvetage. La revitalisation du rama n’était, au départ, pas la priorité de la majorité de la population : ce langage n’était pas utile. Mais petit à petit, la langue maternelle de cette communauté, qui n’est pas le rama, n’est progressivement plus considéré comme la langue de leur peuple mais comme « the other people language » (la langue des autres personnes) [16]. Aujourd’hui, les Ramas associent le combat la reconnaissance de leur langue avec la défense de leurs territoires historiques [17]. Un changement dans l’imaginaire du peuple qui traduit un aspect positif de la revitalisation : au-delà du simple apprentissage d’une langue, elle devient le symbole d’une identification plus globale. Malgré cet encourageant travail ayant engagé plusieurs acteurs - la communauté, l’État mais aussi les linguistes - peut-on attester d’une réelle revitalisation de la langue ?

Le rama est aujourd’hui mis en valeur par sa communauté et l’ État du Nicaragua. Un projet ambitieux et optimiste mais dont l’objectif n’est pas de redonner au rama son rôle en tant qu’outil de communication. Le RLP a néanmoins permis une appropriation de cette langue par sa communauté, entrainant un regain dans la construction identitaire collective et dans son histoire. La connaissance de l’existence du rama ne sera pas oubliée. C’est ce que Jeffrey Shandler nomme une langue « post-vernaculaire » [20],  comme l’explique Sara Brennan « une langue de plus en plus disponible pour de nouveaux usages symboliques à mesure que les anciens locuteurs disparaissent et que de nouvelles possibilités d’expression d’une légitimité à partir de la langue deviennent ainsi disponibles » [21].

 

EF - Assistante de Recherche au CIPADH

 

NOTES DE BAS DE PAGE :

-[1] “Rama in UNESCO Languages Atlas.” Accessed August 4, 2017. http://www.unesco.org/languages-atlas/index.php?hl=fr&page=atlasmap.

-[2] ”Colette Grinevald » PROJET RAMA.” Accessed August 4, 2017. http://www.colettegrinevald.fr/research/projets/projet-rama/.

-[3] “Rama in UNESCO Languages Atlas.” Accessed August 4, 2017. http://www.unesco.org/languages-atlas/index.php?hl=fr&page=atlasmap.

-[4] “The World Factbook — Central Intelligence Agency.” Accessed August 8, 2017. https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/nu.html.

-[5] Claus Kjaerby, "International Work Group for Indigenous Affairs" (PDF), 2014. Accessible à : http://www.iwgia.org/images/stories/sections/regions/latin-america/docum...

-[6] “Current Indigenous Communities of Nicaragua.” Accessed August 8, 2017. https://vianica.com/go/specials/32-current-indigenous-communities-of-nic....

-[7] “Chibchan Languages | Language.” Encyclopedia Britannica. Accessed August 4, 2017. https://www.britannica.com/topic/Chibchan-languages.

-[8] Pivot, Bénédicte. « Revitalisation d'une langue post-vernaculaire en pays rama (Nicaragua) », Langage et société, vol. 145, no. 3, 2013, pp. 55-79.

-[9] Ibid.

-[10] Pivot, Benedicte. “Quel Rôle Pour Les Linguistes Dans Les Projets de Revitalisation Entre Les Communautés de Langues En Danger (LED) et Les Autorités Socio-Politiques.” Accessed August 8, 2017. https://www.academia.edu/2470238/Quel_r%C3%B4le_pour_les_linguistes_dans....

-[11] Hinton & Hale (2001) The Green Bookof Language Revitalization in Practice in. James Costa. Revitalisation linguistique : Discours, mythes et idéologies. Une approche critique de mouvements de revitalisation en Provence et en Ecosse. Linguistique. Université de Grenoble, 2010. Français.

-[12] Ibid.

-[13] “Colette Grinevald » PROJET RAMA.” Accessed August 4, 2017. http://www.colettegrinevald.fr/research/projets/projet-rama/.

-[14] Pivot, Bénédicte. “De la guerre civile aux droits ethnolinguistiques : le cas du Nicaragua.” Lengas. Revue de sociolinguistique, no. 80 (December 15, 2016). doi:10.4000/lengas.1180.

-[15] “Colette Grinevald » PROJET RAMA.” Accessed August 4, 2017. http://www.colettegrinevald.fr/research/projets/projet-rama/.

-[19] Pivot, Bénédicte. « Revitalisation d'une langue post-vernaculaire en pays rama (Nicaragua) », Langage et société, vol. 145, no. 3, 2013, pp. 55-79.

-[16] “Colette Grinevald » PROJET RAMA.” Accessed August 4, 2017. http://www.colettegrinevald.fr/research/projets/projet-rama/.

-[17] Ibid.

-[18] Pivot, Bénédicte. « Revitalisation d'une langue post-vernaculaire en pays rama (Nicaragua) », Langage et société, vol. 145, no. 3, 2013, pp. 55-79.

-[20] Ibid.

-[21] « Analyses et comptes rendus », Revue philosophique de la France et de l'étranger, vol. tome 133, no. 4, 2008, pp. 483-518.

 

WEBOGRAPHIE:

-“Atlas Des Langues En Danger | Organisation Des Nations Unies Pour L’éducation, La Science et La Culture.” Accessed August 2, 2017. http://www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/access-to-kno....

- “Chibchan Languages | Language.” Encyclopedia Britannica. Accessed August 4, 2017. https://www.britannica.com/topic/Chibchan-languages.

-“Colette Grinevald » PROJET RAMA.” Accessed August 4, 2017. http://www.colettegrinevald.fr/research/projets/projet-rama/.

-Colonna, Romain. “La revitalisation du corse ou l’émergence de projets de société concurrents.” Lengas. Revue de sociolinguistique, no. 72 (November 27, 2012): 113–32. doi:10.4000/lengas.117.

-Costa, James. “Enjeux sociaux de la revitalisation linguistique. Introduction.” Langage et société, no. 145 (August 28, 2013): 7–14.

- Claus Kjaerby, "International Work Group for Indigenous Affairs" (PDF), 2014. Accessible à : http://www.iwgia.org/images/stories/sections/regions/latin-america/docum...

-Craig, Colette Grinevald aka, and Benedicte Pivot. “The Revitalization of a ‘Treasure Language’: The Rama Language Project of Nicaragua.” Cambridge University Press. Accessed August 4, 2017. http://www.academia.edu/5387106/The_Revitalization_of_a_Treasure_Languag....

-“Current Indigenous Communities of Nicaragua.” Accessed August 8, 2017. https://vianica.com/go/specials/32-current-indigenous-communities-of-nic....

-Jones, Mari C., and Sarah Ogilvie. Keeping Languages Alive: Documentation, Pedagogy and Revitalization. Cambridge University Press, 2013.

- “Le Rama « Sorosoro.” Accessed August 3, 2017. http://www.sorosoro.org/le-rama/.

-MOUGEL, Ruth. “Le Nicaragua, peuple multiethnique.” Text, August 13, 2010. http://asso-inti.org/index.php?post/2010/08/13/Le-Nicaragua-peuple-multi....

-Pivot, Bénédicte. “De la guerre civile aux droits ethnolinguistiques : le cas du Nicaragua.” Lengas. Revue de sociolinguistique, no. 80 (December 15, 2016). doi:10.4000/lengas.1180.

-Pivot, Benedicte. “Quel Rôle Pour Les Linguistes Dans Les Projets de Revitalisation Entre Les Communautés de Langues En Danger (LED) et Les Autorités Socio-Politiques.” Accessed August 8, 2017. https://www.academia.edu/2470238/Quel_r%C3%B4le_pour_les_linguistes_dans....

-“Rama Cay Creole dans l’Atlas UNESCO Des Langues.” Accessed August 4, 2017. http://www.unesco.org/languages-atlas/index.php?hl=fr&page=atlasmap.

-“Rama in UNESCO Languages Atlas.” Accessed August 4, 2017. http://www.unesco.org/languages-atlas/index.php?hl=fr&page=atlasmap.

-“Revitalisation D’une Langue Post-Vernaculaire En Pays Rama (Nicaragua) | Cairn.info.” Accessed August 3, 2017. https://www.cairn.info/revue-langage-et-societe-2013-3-page-55.htm.

-“Strazny, Philipp. Encyclopedia of Linguistics. Routledge, 2013.

-“The World Factbook — Central Intelligence Agency.” Accessed August 8, 2017. https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/nu.html.

-“Vitalité Des Langues | Organisation Des Nations Unies Pour L’éducation, La Science et La Culture.” Accessed August 4, 2017. http://www.unesco.org/new/fr/culture/themes/endangered-languages/languag....

 

Category: