Inde: pourquoi le système des castes existe-t-il encore aujourd’hui?

Plus d’un demi-siècle après l’abolition des discriminations fondées sur les castes, les dalits (intouchables) continuent d’être fortement discriminés dans la société indienne. Considérés comme des êtres impurs par le système des castes, ils sont relégués aux tâches les plus dégradantes. Dans quelle mesure le système des castes continue-t-il d’exister dans l’Inde d’aujourd’hui ? Pourquoi les dalits sont-ils discriminés ? Que peut-il être fait pour améliorer leurs conditions de vie ? Explications.

Français

Source: Wikipédia

Le système des castes en Inde


L’ouvrage Homo Hierarchicus (1966) de l’anthropologue Louis Dumont a longtemps été la référence en sociologie indienne. Selon Dumont, le système des castes est une institution qui sacralise l’inégalité entre les hommes en établissant « un classement des êtres selon leur degré de dignité » [1]. La hiérarchie entre les hommes est construite à partir de quatre degrés de pureté, telle que décrite par les Lois de Manu, un texte fondateur de l’hindouisme. Les hommes ont été créés à partir du propre corps de l’Être suprême. Les brahmanes, la classe élitiste des prêtres, sont nés de sa bouche ; les kshatriya, la classe des guerriers et des seigneurs, de son bras ; les vaishyas, la classe des commerçants et des agriculteurs, de sa cuisse ; les shudras, la classe des serviteurs, de son pied [2].


Une cinquième catégorie, regroupant des individus à l’âme impures, sont désignés par le terme dalits (« écrasé, opprimé ») [3]. Toucher les talits est moralement prohibé, ce qui leur vaut le nom d’« intouchables ». Ils exécutent les tâches considérées comme les plus ingrates, comme la manipulation des cadavres ou des excréments. Il existe enfin une autre population exclue du système des castes, qui est pourtant moins connue : les populations tribales indigènes. Ensemble, ces deux groupes hétérogènes représentent 300 millions d’individus, sur une population totale de 1,3 milliards.

 

 

Lors de son indépendance, l’Inde a interdit l’intouchabilité dans sa nouvelle constitution. L’article 17 de la constitution stipule ainsi « l’intouchabilité est abolie sous toutes ses formes ». Afin de lutter contre cette pratique, le gouvernement a mis en place une politique de « discrimination positive ». Il a ainsi introduit des quotas de sièges réservés aux dalits dans la fonction publique et dans l’université, le but étant de lutter contre la pauvreté, affirmer leur émancipation progressive et réduire les discriminations.


En septembre 2013, le nettoyage manuel des toilettes a été interdit en Inde. Cependant, un rapport de Human Rights Watch a révélé que cette pratique se maintient [4]. Cet échec a mis en lumière la persistance du système des castes en Inde et les discriminations qu’il porte contre une partie de la population indienne. De plus, en 2014, une étude réalisée par le National Council of Applied Economic Research [5] a interrogé 42'000 foyers sur leur perception de l’impureté humaine. Une question indirecte leur a été posée : « Accepteriez-vous qu’un dalit entre dans votre cuisine ou qu’il utilise votre vaisselle ? ». 27% des personnes interrogées ont répondu qu’ils refuseraient. La pratique de l’intouchabilité semble partiellement persister dans la société indienne.


Comment expliquer ce constat alors que le gouvernement a mis en place des lois et des politiques pour les abolir ?

Expliquer la persistance du système de castes


La spiritualité et les légendes indiennes ont fasciné de nombreux Occidentaux. Le système des castes est également un sujet d’étonnement, surtout en raison de son origine millénaire. Comment ce système inégalitaire peut-il perdurer dans une démocratie moderne ? En réalité, loin d’être une relique du passé, la caste s’inscrit fortement dans la société contemporaine. Dans l’ouvrage « Les castes en Inde aujourd’hui » (2004), l’anthropologue Robert Deliège considère qu’il faut « considérer la caste comme une institution changeante, capable de s’adapter aux aléas de l’histoire et les changements contemporains deviennent alors des éléments essentiels à la compréhension de ce phénomène » [6].


Robert Deliège montre que l’accès à l’éducation, le mariage, l’emploi, la politique et la religion sont étroitement liés à l’appartenance à une caste. Le rôle des castes dans l’Inde contemporaine s’est ainsi transformé. Traditionnellement servant à supporter la hiérarchie des fonctions rituelles et corporatives, le système des castes est devenu un instrument dans la lutte entre les communautés pour l’accès aux ressources économiques et politiques. Le système des castes, bien qu’exprimé en langage religieux, s’inscrit dans différentes dimensions de la société indienne. Selon l’écrivain et politicien Shashi Tharoor, interrogé par le journal La Croix, « la caste a été une source d’auto-identification si puissante qu’elle a prouvé être un outil utile pour la mobilisation de l’électorat. Mais quand un Indien vote, il élit trop souvent sa caste » [7].


La lutte contre la discrimination des dalits peut donc à la fois passer par la politique et l’économie. Deux exemples montrent que ces voies permettent à certains individus de s’émanciper. L’Indienne Mayawati est la première femme dalit à accéder à un poste de ministre en chef de l’Etat Uttar Pradesh, une région comptant plus de 200 millions d’habitants [8]. Kalpana Saroj, une femme dalit mariée à 12 ans dans un bidonville de Bombay, est devenu une entrepreneuse dont la fortune est estimée à 112 millions de dollars [9]. Un accès plus égalitaire à l’éducation, notamment à l’apprentissage de la langue anglaise, permettrait de renforcer l’émancipation économique des dalits, conduisant à une réduction des discriminations à leur égard.


Les discriminations vécues quotidiennement par des millions de dalits ne sont pas une fatalité. Le gouvernement indien doit poursuivre ses efforts pour que les dalits soient considérés comme des citoyens à part entière dans la société. Les dalits doivent eux-mêmes jouer un rôle dans leur émancipation, pouvant passer à la fois par un renforcement de leur niveau d’éducation et par une intensification de leur participation politique.

 

FL - Assistant de recherche au CIPADH

 

[1] cité par DOUGNAC Vanessa (2015, 18 septembre). “La lente revolution du système des castes en Inde”, La Croix [en ligne], URL : http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/La-lente-revolution-du-systeme-d...

[2] DOUGNAC Vanessa (2015, 18 septembre). Op. Cit.

[3] DOUGNAC Vanessa (2015, 18 septembre). Op. Cit.

[4] HUMAN RIGHTS WATCH (2014, août). “Cleaning Human Waste. “Manual Scavenging,”, Caste, and Discrimination in India” [en ligne], URL: https://www.hrw.org/sites/default/files/reports/india0814_ForUpload_0.pdf

[5] CHISHTI Seema (2014, 29 novembre). « Biggest caste survey : One in four Indian admit to practising untouchability », The Indian Express [en ligne], URL: http://indianexpress.com/article/india/india-others/one-in-four-indians-...

[6] DELIÈGE Robert (2004). « Introduction »,  Les castes en Inde aujourd'hui, Paris, Presses Universitaires de France [en ligne], URL : www.cairn.info/les-castes-en-inde-aujourd-hui--9782130540342-page-9.htm

[7] DOUGNAC Vanessa (2015, 18 septembre). Op. Cit.

[8] THE ECONOMIST (2014, 24 février). “The Economist explains. Why caste still matters in India” [en ligne], URL: http://www.economist.com/blogs/economist-explains/2014/02/economist-expl...

[9] DOUGNAC Vanessa (2015, 18 septembre). Op. Cit.


Webographie


CHISHTI Seema (2014, 29 novembre). « Biggest caste survey : One in four Indian admit to practising untouchability », The Indian Express [en ligne], URL: http://indianexpress.com/article/india/india-others/one-in-four-indians-...

DELIÈGE Robert (2004). « Introduction »,  Les castes en Inde aujourd'hui, Paris, Presses Universitaires de France [en ligne], URL : www.cairn.info/les-castes-en-inde-aujourd-hui--9782130540342-page-9.htm

DOUGNAC Vanessa (2015, 18 septembre). “La lente revolution du système des castes en Inde”, La Croix [en ligne], URL : http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/La-lente-revolution-du-systeme-d...

HUMAN RIGHTS WATCH (2014, août). “Cleaning Human Waste. “Manual Scavenging,”, Caste, and Discrimination in India” [en ligne], URL: https://www.hrw.org/sites/default/files/reports/india0814_ForUpload_0.pdf

IANS (2016, 11 mai). “5 percent of Indian marriages inter-caste; in Mizoram, 55 percent (Special to IANS)”, Business Standard [en ligne], URL: http://www.business-standard.com/article/news-ians/5-percent-of-indian-m...

JOURNET Nicolas (2004, 1 novembre). “Les castes en Inde aujourd’hui », Sciences Humaines [en ligne], URL : http://www.scienceshumaines.com/les-castes-en-inde-aujourd-hui_fr_4463.html

THE ECONOMIST (2014, 24 février). “The Economist explains. Why caste still matters in India” [en ligne], URL: http://www.economist.com/blogs/economist-explains/2014/02/economist-expl...

THEKAEKARA Mari Marcel (2016, 15 août). “India’s caste system is alvie and kicking – and maiming and killing”, The Guardian [en ligne], URL: https://www.theguardian.com/commentisfree/2016/aug/15/india-caste-system...



Category: