Journée internationale des migrants

ACTUALITÉ – Ce dimanche 18 décembre se célébrait la journée internationale des migrants. En effet, l’Assemblée générale des Nations Unies a décidé en 2000 qu’il fallait une journée pour attirer l’attention sur la contribution des migrants dans le monde ainsi que pour promouvoir leur protection juridique.[1] D’après le Rapport 2015 des migrations internationales du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies, le nombre total de migrants dans le monde ne cesse d’augmenter, atteignant 244 millions en 2015,[2] soit 41% en plus qu’en 2000.[3] Cette thématique mérite donc une certaine mise en lumière afin de l’expliquer. Retour sur cette journée.

Français

Campagne "I am a migrant" - source : ONU

Le jour des migrants

L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) définit le migrant comme une personne ayant pris librement la décision « d’émigrer (…) pour des raisons « de convenance personnelle » et sans intervention d'un facteur contraignant externe. Ce terme s'applique donc aux personnes se déplaçant vers un autre pays ou une autre région aux fins d'améliorer leurs conditions matérielles et sociales ».[4] Bien que cette définition soit axée sur les migrants économiques, les institutions onusiennes ont néanmoins pris cette problématique d’une façon globale, notamment en raison du « contexte des déplacements massifs ».[5] Ainsi, cette journée permet de se rappeler à la fois des migrants économiques et politiques et de sensibiliser à l’ensemble de ces différentes thématiques.

Sur son site Internet, le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) rappelle un fait important au regard de cette journée. Il y est dit :

« Que ce soit parce qu'ils étaient en danger, parce qu'ils mouraient de faim ou parce qu'ils ne pouvaient subvenir aux besoins de leur famille, les migrants ont quitté leur pays pour une bonne raison ».[6]

Le CICR insiste également sur le point commun entre le migrant, le réfugié et le déplacé : la vulnérabilité de leur situation. C’est à cette fin que la Journée internationale des migrants explore toutes les formes de migrations afin de réfléchir à d’éventuelles solutions.  

Dans le rapport sur les Migrations internationales et développement daté du 4 août 2016, les Nations unies expliquent que « la mobilité humaine est un facteur décisif du développement durable ».[7] Ce programme a pour objectif de démontrer la valeur et la nécessité de la mobilité mais appuie également les politiques qui ont pour but de lutter contre la xénophobie, de pousser à l’intégration et de mettre fin à la traite humaine. Si cette promotion est encourageante, un accent particulier est néanmoins mis sur le cas des réfugiés qui totalisaient en 2014 près de 60 millions des déplacés, selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).[8] Il est ainsi important de noter les efforts effectués autour de cette question.

 

Un axe sur les réfugiés : l’exemple ougandais

Le nombre de déplacés en raison des guerres ne cesse d’augmenter, notamment en raison des situations en Syrie, en Iraq ou en Afghanistan. L’UNHCR a dévoilé des chiffres très intéressants dans son dernier rapport qui traduit la nécessité d’obtenir plus de fonds pour l’année 2017 à venir. Aujourd’hui, environ 64 millions de déplacés seraient concernés par l’aide humanitaire et ce chiffre serait en constante augmentation.[9] Sur leur site Internet, l’UNHCR dévoile que plus de 21 millions de personnes sont réfugiées et que plus de la moitié sont des mineurs de moins de 18 ans.[10] 

Que nous disent ces nombreux chiffres ?

En premier lieu, une importante distinction doit être effectuée entre réfugiés et déplacés : l’international. En effet, l’UNHCR explique que les réfugiés  sont « des civils [qui] passent une frontière pour échapper à la persécution (…). Ils sont protégés par des conventions internationales et sont juridiquement qualifiés de réfugiés. Les personnes en situation semblable qui quittent leur région d’origine tout en restant cependant dans leur pays deviennent des déplacés internes. »[11] Ainsi, on comprend qu’un tiers des déplacés seraient des réfugiés avec un statut international. Ce constat pousse à se demander qui reçoit les réfugiés ? Qui sont ces Etats hôtes ?

Les chiffres du rapport 2015 de l'UNHCR

L’UNHCR met en avant que les 10 pays [voir graphique ci-dessus du rapport 2015 de l'UNHCR] qui reçoivent le plus de migrants sont des pays en développement : la Turquie, le Pakistan ou le Liban sont les trois premiers pays de ce listing.[12] Un autre Etat, à la 8ème place, fait figure d’exemple au sein de l’organisation : l’Ouganda. Ce petit pays de l’Afrique des Grands Lacs reçoit de plus en plus de réfugiés, notamment en raison des crises importantes au Burundi, en République Démocratique du Congo (RDC) et au Soudan du Sud.[13]Un article du Huffington Post pointe également du doigt que le nombre de réfugiés y est très important et que leur qualité de vie y est également meilleure.[14] En effet, un article de la Banque mondiale souligne ce point et met en avant trois droits importants accordés par le Uganda’s 2006 Refugee Act : accès aux soins et à l’éducation gratuitement ainsi qu’un droit total de mouvement dans le pays. L’Ambassadeur de l’Ouganda en Allemagne, Marcel Tibaleka, a ainsi souligné que l’autonomisation des réfugiés est un investissement pour l'économie nationale.[15] Cette politique est largement valorisée, malgré les coûts importants qu’elle suppose pour le pays. 

Si cette tendance fait actuellement figure d’exception et provoque un stress économique au sein du pays, peu dévelopé, elle est citée comme exemple par l’UNHCR. La crise humanitaire actuelle pousse à s’interroger sur l’équilibre que les Etats doivent trouver entre l’aspect sécuritaire, économique et humanitaire. Néanmoins, le CICR semble clair sur cette question : « les préoccupations sécuritaires légitimes ne justifient pas d'ignorer les impératifs humanitaires ».[16] Il est peut-être temps que les réfugiés, les déplacés et les migrants reçoivent le soutien nécessaire afin de combler la vulnérabilité que leur statut suppose.

 

Notes de bas de page

[1] United Nations of Human Rights, International Migrants Day, 18 December. Disponible sur : http://www.ohchr.org/EN/Issues/Migration/Pages/InternationalMigrantsDay.... (consulté le 16 décembre 2016)

[2] United Nations (2016), International Migration Report 2015. Disponible sur : http://www.un.org/en/development/desa/population/migration/publications/...

[3] United Nations (4 août 2016), Rapport du Secrétaire général : migrations internationales et développement, p. 3. Disponible sur : http://www.un.org/en/development/desa/population/migration/generalassemb...

[4] Organisation Internationale pour les Migrations, Termes clés de la migration. Disponible sur : http://www.iom.int/fr/termes-cles-de-la-migration (consulté le 16 décembre 2016)

[5] Assemblée générale des Nations Unies (19 septembre 2016), Résolution de New York pour les réfugiés et les migrants. Disponible sur : http://www.un.org/en/development/desa/population/migration/generalassemb... (consulté le 16 décembre 2016)

[6] Comité International de la Croix-Rouge, Journée internationales des migrants. Disponible sur : https://www.icrc.org/fr/journee-internationale-migrants (consulté le 19 décembre 2016)

[7] United Nations (4 août 2016), op. cit., p. 10

[8] Internationales des Services Publics (16 décembre 2015), 18 décembre 2015 : La journée internationale des migrants. Disponible sur : http://www.world-psi.org/fr/18-decembre-2015-la-journee-internationale-d... (consulté le 19 décembre 2016)

[9] Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (2016), Global Appeal 2017 Update. Disponible sur : http://reporting.unhcr.org/sites/default/files/ga2017/pdf/GA_2017%20Upda...

[10] UNHCR (20 juin 2016), Figures at a glance. Disponible sur : http://www.unhcr.org/figures-at-a-glance.html (consulté le 16 décembre 2016)

[11] UNHCR, Personnes déplacées internes. Disponible sur : http://www.unhcr.ch/fr/mandat-du-hcr/personnes-deplacees.html (consulté le 19 décembre 2016)

[12] UNHCR, Global Trends. Forced displacement in 2015. Disponible sur : http://www.unhcr.org/statistics/unhcrstats/576408cd7/unhcr-global-trends... (consulté le 16 décembre 2016)

[13] Anne PATTON (20 août 2016), The Guardian, “Is Uganda the best place to be a refugee ?”. Disponible sur : https://www.theguardian.com/global-development-professionals-network/201...

[14] Carolyn THOMPSON (11 avril 2016), The Huffington Post, “South Sudan Crisis Strains Uganda’s Exemplary Refugee Welcome”. Disponible sur : http://www.huffingtonpost.com/entry/south-sudan-crisis-uganda-refugees_u...

[15] The World Bank (31 août 2016), “Uganda Offers Refugees a Home Away From Home”. Disponible sur : http://www.worldbank.org/en/news/feature/2016/08/31/uganda-offers-refuge...

[16] Comité International de la Croix-Rouge, op. cit

 

Par Sonia Rodríguez - Coordinatrice de projets au CIPADH  

 

Webographie

Assemblée générale des Nations Unies (19 septembre 2016), Résolution de New York pour les réfugiés et les migrants. Disponible sur : http://www.un.org/en/development/desa/population/migration/generalassemb... (consulté le 16 décembre 2016)

Comité International de la Croix-Rouge, Journée internationales des migrants. Disponible sur : https://www.icrc.org/fr/journee-internationale-migrants (consulté le 19 décembre 2016)

Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (2016), Global Appeal 2017 Update. Disponible sur : http://reporting.unhcr.org/sites/default/files/ga2017/pdf/GA_2017%20Upda...

Internationales des Services Publics (16 décembre 2015), 18 décembre 2015 : La journée internationale des migrants. Disponible sur : http://www.world-psi.org/fr/18-decembre-2015-la-journee-internationale-d... (consulté le 19 décembre 2016)

Organisation Internationale pour les Migrations, Termes clés de la migration. Disponible sur : http://www.iom.int/fr/termes-cles-de-la-migration (consulté le 16 décembre 2016) 

Anne PATTON (20 août 2016), The Guardian, “Is Uganda the best place to be a refugee ?”. Disponible sur : https://www.theguardian.com/global-development-professionals-network/201...

Carolyn THOMPSON (11 avril 2016), The Huffington Post, “South Sudan Crisis Strains Uganda’s Exemplary Refugee Welcome”. Disponible sur : http://www.huffingtonpost.com/entry/south-sudan-crisis-uganda-refugees_u...

UNHCR (20 juin 2016), Figures at a glance. Disponible sur : http://www.unhcr.org/figures-at-a-glance.html (consulté le 16 décembre 2016)

UNHCR, Personnes déplacées internes. Disponible sur : http://www.unhcr.ch/fr/mandat-du-hcr/personnes-deplacees.html (consulté le 19 décembre 2016)

UNHCR, Global Trends. Forced displacement in 2015. Disponible sur : http://www.unhcr.org/statistics/unhcrstats/576408cd7/unhcr-global-trends... (consulté le 16 décembre 2016)

United Nations of Human Rights, International Migrants Day, 18 December. Disponible sur : http://www.ohchr.org/EN/Issues/Migration/Pages/InternationalMigrantsDay.... (consulté le 16 décembre 2016)

United Nations (2016), International Migration Report 2015. Disponible sur : http://www.un.org/en/development/desa/population/migration/publications/...

United Nations (4 août 2016), Rapport du Secrétaire général : migrations internationales et développement. Disponible sur : http://www.un.org/en/development/desa/population/migration/generalassemb...

The World Bank (31 août 2016), “Uganda Offers Refugees a Home Away From Home”. Disponible sur : http://www.worldbank.org/en/news/feature/2016/08/31/uganda-offers-refuge...

Category: