Journée mondiale de la mer : quels défis ?

ANALYSE – En cette journée internationale de la mer, il est intéressant de se questionner sur la nécessité d’un tel jour. Pourquoi a-t-on un jour pour se rappeler de la mer ? En quoi est-ce important ? Le thème de la journée se centre sur « Les transports maritimes : indispensables pour le monde ». Le secrétaire général de l’OMI – l’organisation maritime internationale – M. Kitack Lim estime que le commerce maritime est très important dans notre économie actuelle et en conséquence, il doit être encadré afin de répondre aux objectifs du Programme 2030 sur le développement durable. En effet, l’objectif 14 est de « conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable ». Ce constat a donc poussé le CIPADH à se questionner sur notre rapport à la mer et aux océans. Comment l’activité humaine interfère-t-elle avec la biodiversité maritime ? Quelles sont les conséquences probables sur l’homme ? Quels sont nos moyens d’action pour freiner les scénarios catastrophes souvent évoqués ? Analyse de l’impact de la pollution marine sur l’environnement et les droits de l’homme.

Français

Sous l’océan – source : capture d’écran d’une vidéo de Project Aware

L’environnement, ce nouveau défi des droits de l’homme

Aujourd’hui, la responsabilité humaine dans le changement climatique est un fait avéré par le 5ème rapport du GIEC, publié en 2013. En effet, les membres scientifiques du GIEC expliquent dans l’avant-propos que « la science montre à présent avec 95 % de certitude que depuis le milieu du XXe siècle, l’activité humaine est la cause principale du réchauffement observé ».1 Depuis, les conférences sur le changement climatique sont devenus primordiales pour trouver des solutions afin de réduire cet impact. De plus, il a également été prouvé que le changement climatique menace le bien-être des êtres humains. Les hauts-rapporteurs des Nations Unies et l’UNHCR évoquent régulièrement l’importante augmentation des personnes déplacées en raison du changement climatique. John Knox, rapporteur spécial sur les droits de l’homme et l’environnement auprès de l’ONU, a ainsi déclaré qu’« un environnement sûr, propre, sain et durable est indispensable à la pleine jouissance d’un large éventail des droits de l’homme, y compris des droits à la vie, à la santé, à l’alimentation, à l’eau et à l’assainissement ».2

Ce lien important étant établi, quel est le rapport avec la journée internationale de la mer ?

Comme mentionné plus haut, le Programme 2030 de l’ONU fait part de certaines inquiétudes au sujet de l’environnement quant au développement durable et a fortiori, aux droits de l’homme. L’accès à une eau de bonne qualité ainsi que le respect des mers et des océans sont deux objectifs à part entière devant être atteint pour favoriser le bien-être de tous et protéger l’environnement. 

Les océans sont essentiels à la vie sur terre puisqu’ils fournissent de la nourriture, régulent le climat et apportent de l’oxygène.3 Pour beaucoup, l’état des mers et des océans est le reflet de l’état dans lequel se trouve notre planète et des dangers que ce constat suppose pour les différentes espèces. En effet, la pollution marine est un élément destructeur de la faune et de la flore des océans mais est également un risque important pour tout l’écosystème. Comment ce constat peut-il affecter les droits humains ?

 

La pollution marine, un risque pour l’écosystème 

Comme mentionné plus haut, les océans doivent être correctement protégés. Ils représentent 71% de la superficie de la planète et sa pollution est un danger imminent pour nous tous. Le WWF a démontré que la plupart des activités humaines génèrent les déchets que l’on retrouve aujourd’hui dans nos mers.4 Des rapports de cette ONG expliquent que cette pollution peut être intentionnelle ou non mais qu’elle est dans tous les cas dangereuses pour l’écosystème.5 En effet, des produits toxiques, des plastiques ou des eaux usées traversent les océans et polluent l’environnement marin, provoquant également des conséquences sur l’homme et l’environnement terrestre. 

Plusieurs exemples font état de cette idée. Dans le courant du mois de septembre par exemple, le « Scandale de la boue rouge » a éclaté en France, démontrant la contamination avérée de la mer Méditerranée par les déchets toxiques des usines. Barbara Landrevie explique dans un article précurseur du Monde Diplomatique en mai 2015 que les déchets toxiques dans la mer augmentent les risques de cancer pour les riverains et sont un danger évident pour la santé des populations avoisinantes.6 

Un autre exemple expliqué par Laura Parker en avril 2014 dans le National Geographic démontre comment les détritus dans la mer sont un danger dans les zones côtières mais également en haute-mer.7 Les animaux marins consomment ces plastiques ce qui les mettent en danger. De plus, en consommant ces poissons, l’être humain lui-même est en danger et contamine son corps. Dans ce cas, l’homme présente des risques pour sa santé et n’évolue pas dans un environnement sûr, ce qui s’éloigne des objectifs du développement durable. 

Comment réagir face à ce constat ? 

Il y a différentes formes d’actions possibles, qui peuvent être individuelles ou collectives. Une amplification des zones océaniques protégées est l’un des objectifs de WWF, qui pousse à légiférer dans ce sens. Pour 2020, il souhaite « mettre 10% des océans sous protection ».8 Quels sont les moyens pour y parvenir ? En attendant, y’a-t-il des actions qui permettent de soulager les océans ? 

 

Des actions envisageables : de la loi à la société civile

Les exemples et les éléments présentés ci-dessus démontrent la nécessité d’agir individuellement et collectivement.

De façon collective, on constate que les Nations Unies prennent cette problématique au sérieux et tendent à entreprendre des mesures, bien qu’il n’y ait pas encore de véritables « traités contraignants ».9 L’ONU a élaboré plusieurs initiatives, notamment des conférences et des résolutions, liant les droits de l’homme et l’environnement de façon claire et définissable. Dans une résolution adoptée en juillet passé, il a clairement été établi par le Conseil des droits de l’homme que les risques environnementaux et le changement climatique sont une menace au bon exercice des droits humains. Par ailleurs, depuis 1995, les déchets toxiques et leur traitement font l’objet d’une surveillance poussée afin de s’assurer de l’élimination des pratiques dangereuses pour l’environnement. De plus, l’OMI conseille de signer le Protocole de Londres (1996-2016) en raison de la nécessité de réguler sur les déchets pour protéger l’environnement marin. Ainsi, les matériaux risquant d’être toxiques seraient acheminés par une voie non maritime et une commission d’experts régulerait le transit marin.10 

Les ONG sont aussi très présentes. Des groupes tels que Greenpeace, WWF ou Sea Shepard accomplissent des recherches pour demander aux dirigeants d’apporter des réponses législatives, tout en effectuant un travail de sensibilisation. Il est intéressant de constater qu’il y a également fort à effectuer en tant qu’individus et que le changement passe également par ce biais. Nous pouvons tous devenir écoresponsables et réfléchir aux conséquences de nos actes, comme lorsque l’on utilise des sacs en plastique. Que deviennent-ils après utilisation ?

Un entrepreneur espagnol, Javier Goyeneche, a lui-même réfléchi à la question et a décidé de créer une ligne de vêtement 100% recyclée. Depuis 2012, il a installé des usines de recyclage sur certains ports de la côte Est en Espagne afin de récupérer et trier les plastiques pêchés par les marins et les transformer pour en faire du fil qui permettra de concevoir des habits. Il veut ainsi contribuer à la récupération des 8 millions de tonnes de plastique qui circulent dans la mer, dont 80% dans les profondeurs.11 

Il est évident que nous ne pouvons pas tous tendre vers ce modèle mais nous pouvons consommer et agir de façon plus responsable, tout en poussant les dirigeants à légiférer pour la protection des océans. Nous devons agir pour les générations futures, pour la protection de l’environnement et pour bénéficier de la pleine jouissance des droits de l’homme.  

 

1 Stocker, T.F., D. Qin, G.-K. Plattner, M. Tignor, S.K. Allen, J. Boschung, A. Nauels, Y. Xia, V. Bex et P.M. Midgley (dir. publ.), Changements climatiques 2013: Les éléments scientifiques. Contribution du Groupe de travail I au cinquième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Cambridge University Press, Cambridge, Royaume-Uni et New York, NY, États-Unis d’Amérique.

Nations Unies, Rapporteur spécial sur les droits de l'homme et de l'environnement (ancien expert indépendant sur les droits de l'homme et l'environnement) [en ligne]. Modifié en 2016, disponible sur : http://www.ohchr.org/FR/Issues/Environment/SREnvironment/Pages/SRenviron... (consulté le 30 septembre 2016)

3 Project Aware, Ocean Protection starts with you. In : Youtube. Project Aware Channel [1’33’’]. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=vfHFm-wj2qo (consulté le 30 novembre 2016)

4 WWF, L’habitat des animaux marins se réduit de plus en plus [en ligne]. Modifié en 2016, disponible sur : https://support.wwf.ch/fr/preserver-les-habitats/mers-et-oceans (consulté le 30 septembre 2016)

5 IBID

6 Barbara LANDREVIE (mai 2015)  « La Méditerranée empoisonnée », Le Monde Diplomatique. Disponible sur : http://www.monde-diplomatique.fr/2015/05/LANDREVIE/52952 

7 Laura PARKER (4 avril 2014), « Plane Search Shows World's Oceans Are Full of Trash », National Geographic. Disponible sur : http://news.nationalgeographic.com/news/2014/04/140404-garbage-patch-ind...

8 WWF, op. cit.

9 Humanrights.ch, Protection de l’environnement et des droits humains [en ligne]. Modifié le 27 novembre 2013, disponible sur : http://www.humanrights.ch/fr/droits-humains-internationaux/nouvelles/con... (consulté le 30 septembre 2016)

10 Office for the London Convention/Protocol and Ocean Affairs/International Maritime Organization, The London Protocol, disponible sur : http://www.imo.org/en/MediaCentre/HotTopics/Documents/IMO-244%20London%2... (consulté le 30 septembre 2016)

11 Ecoalf (Javier Goyeneche), Tenemos que cambiar la forma de relacionarnos con los océanos [en ligne]. Modifié en 2016, disponible sur : http://ecoalf.com/upcycling-the-oceans (consulté le 30 septembre 2016)

 

Par Sonia Rodríguez - Coordinatrice de projets au CIPADH

 

Webographie

AFP (4 décembre 2015), « Le plastique pêché en Méditerranée bientôt recyclé en vêtements », Sciences et avenir. Disponible sur : http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/20151203.AFP8872/le-...

Aquarium Sea Life, Protection des océans [en ligne]. Modifié en 2016, disponible sur : https://www.visitsealife.com/paris/prot%C3%A9geons-nos-oc%C3%A9ans/ (consulté le 30 septembre 2016)

Assemblée Générale des Nations Unies, Résolution adoptée par le Conseil des droits de l’homme le 1er juillet 2016. 32ème session du Conseil des droits de l’homme, 18 juillet 2016.

CMA CGN, Préservation des océans et de la biodiversité [en ligne]. Modifié en 2016, disponible sur : https://www.cma-cgm.fr/le-groupe/responsabilite-societale/environnement/... (consulté le 30 septembre 2016)

Conseil de l’Europe, Manuel sur les droits de l’homme et l’environnement, 2ème édition, Strasbourg : Conseil de l’Europe, 2012, 206 pages.

Département des Nations Unies, Introduction [en ligne]. Modifié en 2016, disponible sur : http://www.un.org/fr/events/maritimeday/ (consulté le 30 septembre 2016).

Ecoalf (Javier Goyeneche), Tenemos que cambiar la forma de relacionarnos con los océanos [en ligne]. Modifié en 2016, disponible sur : http://ecoalf.com/upcycling-the-oceans (consulté le 30 septembre 2016)

Humanrights.ch, Protection de l’environnement et des droits humains [en ligne]. Modifié le 27 novembre 2013, disponible sur : http://www.humanrights.ch/fr/droits-humains-internationaux/nouvelles/con... (consulté le 30 septembre 2016)

Barbara LANDREVIE (mai 2015)  « La Méditerranée empoisonnée », Le Monde Diplomatique. Disponible sur : http://www.monde-diplomatique.fr/2015/05/LANDREVIE/52952 

Nations Unies, Rapporteur spécial sur les droits de l'homme et de l'environnement (ancien expert indépendant sur les droits de l'homme et l'environnement) [en ligne]. Modifié en 2016, disponible sur : http://www.ohchr.org/FR/Issues/Environment/SREnvironment/Pages/SRenviron... (consulté le 30 septembre 2016)

Office for the London Convention/Protocol and Ocean Affairs/International Maritime Organization, The London Protocol, disponible sur : http://www.imo.org/en/MediaCentre/HotTopics/Documents/IMO-244%20London%2... (consulté le 30 septembre 2016)

Organisation Maritime Internationale, Le Secrétaire général de l’OMI exhorte les États à ratifier le Protocole de Londres [en ligne], Modifié le 20 septembre 2016, disponible sur : http://www.imo.org/fr/MediaCentre/PressBriefings/Pages/24-LP-20.aspx (consulté le 30 septembre 2016)

Laura PARKER (4 avril 2014), « Plane Search Shows World's Oceans Are Full of Trash », National Geographic. Disponible sur : http://news.nationalgeographic.com/news/2014/04/140404-garbage-patch-ind...

Project Aware, Taking actions against Marine debries [en ligne]. Modifié en 2016, disponible sur : http://www.projectaware.org/history-and-achievements (consulté le 30 septembre 2016)

Project Aware, Ocean Protection starts with you. In : Youtube. Project Aware Channel [1’33’’]. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=vfHFm-wj2qo (consulté le 30 novembre 2016)

Stocker, T.F., D. Qin, G.-K. Plattner, M. Tignor, S.K. Allen, J. Boschung, A. Nauels, Y. Xia, V. Bex et P.M. Midgley (dir. publ.), Changements climatiques 2013: Les éléments scientifiques. Contribution du Groupe de travail I au cinquième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Cambridge University Press, Cambridge, Royaume-Uni et New York, NY, États-Unis d’Amérique.

WWF, L’habitat des animaux marins se réduit de plus en plus [en ligne]. Modifié en 2016, disponible sur : https://support.wwf.ch/fr/preserver-les-habitats/mers-et-oceans (consulté le 30 septembre 2016)

WWF, Pollution marine [en ligne]. Modifié en 2016, disponible sur : http://www.wwf.fr/nos_priorites/conserver_les_ecosystemes/proteger_les_o... (consulté le 30 septembre 2016)

Category: