L’actualité dans tous ses états – 14 septembre 2017

ACTUALITÉ – La Revue de Presse du CIPADH présente les points forts de l'actualité des droits humains et du maintien de la paix. Cette semaine, nous nous intéressons à l’ouverture d’une enquête pour corruption contre le Président brésilien Michel Temer, à l’enquête du meurtre de deux experts de l’ONU en République démocratique du Congo (RDC) et à la promotion de la tolérance par la Capoeira auprès de réfugiés centrafricains. Bonne lecture !

 

Français

Simple Globe - source: Wikimedia Commons

  • Quand la corruption s’invite au gouvernement brésilien

The Economist a mentionné cette semaine l’implication supposée du Président brésilien Michel Temer dans un cas de corruption. Plus de 16 millions de $ ont été retrouvés dans un appartement de l’ancien ministre de cabinet de l’actuel Président. The Reuters informe que la Cour suprême brésilienne va être saisie de l’enquête à l’encontre du chef d’Etat en raison d’une « forte indication de crime », comme l’a déclaré le Procureur général. Si l’avocat du président Temer maintient que ces allégations sont « fausses et falsifiées », la presse brésilienne semble déjà avoir rendu son verdict en qualifiant ce gouvernement de « corrompu ». Brasil 247 par exemple, un journal digital de gauche, utilise ce terme dans un article qui explique comment le gouvernement de Temer a attaqué le haut-commissaire aux droits humains, Zeid Ra’ad Al Hussein, à la suite de ses déclarations sur le Brésil lors de son discours d’ouverture de la 36ème session des droits de l’homme. Estimant que les scandales de corruption « sont enracinés à tous les niveaux du gouvernement, menaçant les fondements de la démocratie », l’ambassadrice du Brésil à l’ONU, Maria Nazareth Farani Azevedo, a répondu que ces accusations se fondent sur de la « désinformation ».

 

  • Assassinats de deux experts de l’ONU en RDC : préméditation soupçonnée

La RFI propose sur son site Internet un très intéressant document, contenant les résultats de leur contre-enquête « RDC, violence au Kasaï » sur la situation au Kasaï (RDC). L’assassinat de deux experts de l’ONU en mars 2017 fait l’objet d’un chapitre dévoilant des événements essentiels à l’enquête. En effet, l’analyse d’une conversation enregistrée entre les experts de l’ONU et la délégation de François Muamba, soupçonnée du meurtre des deux civils, laisse supposée « qu’il s’agit d’un meurtre prémédité ». Jeune Afrique utilise d’ailleurs le terme « guet-apens » afin de qualifier cette situation. Tout pousse à croire qu’une « enquête internationale indépendante » va être lancée par l’ONU afin d’élucider cette affaire, compte tenu du « caractère extrêmement tendu des relations entre l’ONU et les forces de sécurité congolaises » chargée actuellement de l’affaire, comme le rappelle le dossier de la RFI.

 

  • La Capoeira : un art-martial pour la tolérance

La Croix a écrit un article sur la pratique de la Capoeira, un art-martial afro-brésilien, comme moyen pour « rétablir un dialogue » entre musulmans et chrétiens en RDC. En effet, des réfugiés centrafricains des deux confessions cohabitent dans le camp de Mole en RDC, ce qui a dévoilé tensions et affrontements. Depuis deux ans néanmoins, la capoeira a été un vecteur de rapprochement entre les deux communautés, permettant ainsi de les « réconcilier » alors qu’ils « s’étaient déchirées lors de la guerre civile en Centrafrique et continuent de s’affronter dans certaines parties du pays », comme le rappelle Jeune Afrique.

 

Par Sonia Rodríguez - Chargée de projets au CIPADH

 

Category: