L’actualité dans tous ses états - 14 Novembre 2017

ACTUALITÉ – La Revue de Presse du Centre International pour la Paix et les Droits de l’Homme (CIPADH) présente les points forts de l'actualité des droits humains. Cette semaine, nous revenons sur trois événements : la manifestation nationaliste en Pologne, la suppression de plusieurs milliers de vidéos du religieux « radical » Anwar al-Awlaki par Google et le tremblement de terre en Iraq et en Iran du 12 novembre.

Français

 

Fête de l’indépendance sous haute tension en Pologne

Samedi 11 novembre, lors de la 99ème journée d’indépendance de la Pologne, s’est tenue à Varsovie une manifestation réunissant environ 60 000 personnes venues des quatre coins de l’Europe pour montrer leur soutien au nationalisme européen et à l’extrême droite, comme l’explique le Washington Post. Les participants auraient porté des signes appelants au « sang pur » et à « prier pour un holocauste islamique », et ont brutalisé des contre-manifestantes « antifascisme ».  Libération nous apprend que les participants interviewés – des jeunes, des personnes âgées, ou des familles avec des enfants en bas âge – affirment en grande majorité être apolitiques et expliquent leur présence à travers des arguments patriotes et nationalistes, « pour se sentir polonais ». Deux contre-manifestations ont simultanément eu lieu dans la capitale polonaise, réunissant toutefois moins de monde que « le plus grand événement fasciste et nationaliste d’Europe », que les dirigeants polonais ont manqué de condamner. Cette manifestation a aussi fait la une du journal El Paìs, qui ajoute que les participants aspirent à « une Europe catholique », et que l’événement s’est, depuis son inauguration en 2009, transformé en phénomène social coïncidant avec la montée de l’extrémisme en Europe. En revanche, El Mundo - autre périodique espagnole marqué par une ligne éditoriale plus conservatrice - n’a pas couvert cette actualité, mais a toutefois traité des positions anti-européennes du gouvernement polonais et de son désir d’organiser un « Polexit ». Ceci place donc la manifestation de samedi dans un contexte plus large de nationalisme polonais, mais contraste avec l’image de « l’Europe contre l’immigration » dépeint par les autres journaux.      

 

Google contre l’extrémisme

D’après The Guardian, Google aurait supprimé cette semaine plusieurs milliers de vidéos Youtube du « radical » Anwar al-Awlaki (figure religieuse Américaine d’origine Yéménite, exécuté en 2011 par les Etats-Unis), en ligne avec la nouvelle campagne anti-extrémisme de l’entreprise. Comme raisons données pour cette prise de position figurent l’incitation à la violence dont fait preuve le matériel audiovisuel et la présence de al-Awlaki sur la liste de « terroristes » des USA. Toutefois, l’article examine certaines considérations ayant vu le jour au lendemain de cette décision. Par exemple, l’auteur adresse les problèmes liés au terme « radicalisation » et ce qu’il englobe, tout en se questionnant sur la légitimité d’une société comme Google à interdire des vidéos dont les propos ne font pas explicitement allusion à la violence. Le New York Times aborde aussi cette actualité en qualifiant les vidéos de « propagande » qui a aidé à former une génération entière de terroristes américains. Pour exemple, les responsables des attaques de Fort Hood ou du marathon de Boston auraient été fortement influencés par les propos d’al-Awlaki. La pression des gouvernements et des activistes anti-terroristes a donc forcé Google à supprimer ces archives, dont le nombre a été réduit de 70 000 à 18 600, pour reprendre l’information du journal. De plus, les vidéos restantes seraient pour la plupart des extraits de reportages sur sa mort ou des critiques de son travail par des experts.   

 

Tremblement de terre en Iraq et Iran

The Guardian rapporte qu’un tremblement de terre d’une magnitude de 7,3 a frappé dimanche 12 novembre la région frontalière entre l’Iraq et l’Iran, faisant plus de 400 morts et 6 000 blessés. En outre, plus de 70 000 personnes seraient dans le besoin d’un refuge d’urgence dans les villes les plus gravement touchées, qui n’ont pour la plupart plus d’accès à de la nourriture et à l’électricité et dont les hôpitaux sont dans l’incapacité matérielle de prendre en charge les blessés. La chaine d’information Aljazeera qualifie l’incident de « tremblement de terre le plus meurtrier au monde cette année », précisant que la grande majorité des victimes sont iraniennes. L’article nous informe aussi que des pays comme la Turquie ont commencé à envoyer du renfort à l’Iran et à l’Iraq. Finalement, Dawn, quotidien pakistanais de langue anglaise, nous apprend que les gouvernements Iranien et Iraquien ont affirmé qu’il est difficile d’envoyer les secours aux zones reculées de leurs pays respectifs étant donné que l’accès aux routes a été interrompu. Toutefois, des catastrophes naturelles de ce genre sont courantes dans cette région : cinq tremblements de terre faisant au total environ 72 000 morts ont été enregistrés depuis 1990.

 

Par Manon Fabre – Assistante de Recherche au CIPADH      

Category: