La République démocratique du Congo, un pays oublié ?

ACTUALITES – Alors que les conflits dans la région du Moyen-Orient occupent toute l’actualité médiatique, les violences continuent de sévir en République démocratique du Congo (RDC). En 2016, près d’un million de personnes ont été déplacées en raison des conflits omniprésents dans le pays. Ce constat positionne donc la RDC comme le pays ayant enregistré le plus grand nombre de déplacés au monde [1]. Cet Etat semble, cependant, être exclu des radars médiatiques. Pourquoi cette république paraît-elle être vouée au conflit ? Quelle est la situation actuelle en RDC ? Le Centre International pour la Paix et les Droits de l’Homme (CIPADH) revient sur l’actualité complexe de ce pays oublié.

Français

Through the window - Source: Flickr, Christophe Stamba-Badiali

Depuis le  30 juin 1960, jour de l’indépendance de la RDC, le pays a été soumis à des violences, à la répression politique et aux conflits interethniques. L’une des raisons principales de ces instabilités, qui perdurent encore aujourd’hui, sont les ressources naturelles de cet Etat. En effet, il est le deuxième plus grand pays du continent africain, et possède, après l’Amazonie, la deuxième plus grande forêt tropicale du monde, qui abrite de grandes quantités d’eau et des plaines propices à l’agriculture. Le pays est aussi riche en ressources minières telles que l’or, le cuivre et les diamants [2]. Ces denrées ont non seulement attisées la convoitise de milices et groupes internes, mais aussi des acteurs extérieurs comme les puissances européennes ou les pays limitrophes. En effet, en 2017, près de 137 milices et groupes étrangers ont été répertoriés dans le pays [3]. Cette fragmentation interne s’est ainsi traduite par une augmentation des conflits interethniques dans plusieurs régions comme l’Ituri, le Nord-Kivu, la province du Tanganyika, ou encore les trois régions composant le Kasaï [4]. Ces conflits intercommunautaires sont donc les principaux responsables du déplacement de plus d’un million de personnes. Actuellement, les deux conflits les plus récents et les plus emblématiques, sont ceux du Kasaï (sud du pays) et de l’Ituri (nord-est).  

En avril 2016, des tensions politiques émergent entre les autorités et le chef coutumier Kamuina Nsapu (de son vrai nom Jean-Prince Mpandi), accusé de mettre en place une milice dans la région du Kasaï-central [5]. La violence s’exacerbe jusqu’en août 2016, lorsque le chef Kamuina Nsapu est tué au cours d’un assaut militaire [6]. Cet assassinat est suivi d’une escalade des violences entre les autorités et les milices locales, se propageant rapidement aux autres provinces du pays. A la vue de l’ampleur de la situation et de son impact sur les civils, des casques bleus ont été déployés dans la région, et les forces de la Mission de l'Organisation des Nations unies en République démocratique du Congo (MONUSCO) ont été renforcées. Cependant, l’enlisement et les circonstances parfois floues du conflit ont eu d’importantes répercussions sur les droits humains des populations locales. En effet, la violence ne semble pas s’embraser seulement du côté des miliciens. En avril 2017, les Forces armées de la République démocratique du Congo (forces militaires officielles), ont été accusés par les Nations-Unies d’être les auteurs des 42 fosses communes découvertes dans la région du Grand-Kasaï. Ces dernières dénombraient près de 430 individus dont 140 enfants [7]. De plus, les forces onusiennes sont elles aussi, par le biais de casques bleus sud-africains, accusées d’avoir participé à ces violations des droits humains, notamment en exploitant sexuellement des femmes dans les provinces du Kasaï et du Nord-Kivu [8]. En aggravant les violations des droits humains,  ces conflits, ont contraint les individus à fuir leurs foyers. En mai 2017, le nombre de déplacés estimé était autour de 8'000 individus par jour, soit près d’1,27 million de personnes en un an, rien que dans la province du Grand Kasaï [9]. Ces antagonismes, souvent démarrés par des évènements politiques ou coutumiers, tournent rapidement en conflits identitaires et communautaires, comme l’illustrent les violences actuelles dans la province d’Ituri. Il est vrai que depuis décembre 2017, des affrontements interethniques entre les communautés Hema et Lendu sévissent dans cette province du nord-est de la RDC. En seulement deux mois de conflit, près de 200'000 personnes ont été contraintes de fuir leur région, soit vers l’Ouganda, soit vers d’autres provinces n’ayant pas encore affectées par les conflits [10]. Les plus grandes victimes de ces violences sont les enfants. En 2017, les violations des droits de l’enfant ont connu, en RDC, une hausse de 66% par rapport à 2016. En effet,  selon Thierry Dentice,  directeur de l’Unicef pour l’Est du pays, « les enfants ont été directement pris comme cibles, recrutés et utilisés comme fétiche, combattants, espions, porteurs, boucliers humains, esclaves sexuels, etc.» [11]. Au total, ces mineurs représenteraient près de 30% des membres des groupes armés congolais [12]. Ils seraient ainsi entre 5'000 et 10'000 dans les trois régions du Kasaï, près de 3'000 pour les régions du Sud-Kivu et du  Tanganyika, sans compter les quelques milliers d’enfants encore utilisés et recrutés dans le Nord-Kivu et dans l’Ituri [13].

Déchiré pendant plus de 20 ans par des cycles de guerre et le manque de stabilité politique, la RDC semble, une nouvelle fois, faire face à une lutte de pouvoir militaire découlant, in fine,  sur une dégradation de la sécurité et des droits humains des citoyens congolais. Bien que les origines de ces différends soient de nature diverse (politique, coutumière, environnementale etc.), elles restent floues et parfois complexes. L’une des causes les plus citée pour expliquer ces tensions sont, d’une part, les ressources naturelles abondantes du pays qui attisent la convoitise et alimentent certains groupes armés et, d’autre part, le manque de légitimité du pouvoir politique central. En effet, selon Marc-André Lagrange, analyste à l’Institut français des relations internationales (IFRI), le gouvernement profiterait grandement de ces conflits et semblerait « mener une guerre contre son propre peuple afin d’influer sur le déroulement du cycle électoral », permettant ainsi à la présidence Kabila de dépasser les délais légaux imposés pas la constitution [14]. Alors que la RDC vit les prémices d’une importante crise humanitaire, qui semble devenir « l’urgence de 2018 », la situation continue d’être ignorée par certains médias [15]. A la vue de ces événements il convient donc de se demander comment une situation aussi précaire et urgente reste ignorée par la communauté internationale qui ne semble, pour l’heure, pas vouloir s’impliquer sur le terrain enlisé qu’est la RDC.

 

Par Line Barabant – Assistante de recherche au CIPADH

 

 

NOTES DE BAS DE PAGE

[1] Comité International de la Croix Rouge. Le conflit en République démocratique du Congo (RDC) [en ligne.] (modifié le 12 octobre 2017) Disponible sur : https://www.icrc.org/fr/le-conflit-en-republique-democratique-du-congo-rdc  (Consulté le 14/02/2018).

[2] REKACEWICZ, Philippe. Les richesses convoitées de la République démocratique du Congo. Le Monde Diplomatique. [en ligne.] (modifié en juillet 2006) Disponible sur : https://www.monde-diplomatique.fr/cartes/congomdv49#&gid=1&pid=2  (Consulté le 15/02/2017).

[3] Radio Okapi. RDC : des milliers d’enfants recrutés et utilisés chaque année par des groupes armés. [en ligne.] (modifié le 12 février 2018) Disponible sur : https://www.radiookapi.net/2018/02/12/actualite/societe/rdc-des-milliers-denfants-recrutes-et-utilises-chaque-annee-par-des (Consulté le 19/02/2018)

[4] Actualité.cd. RDC : La plupart des 42 fosses communes auraient été creusées par des éléments des FARDC. [en ligne.] (modifié le 25 juillet 2017) Disponible sur : https://actualite.cd/2017/07/25/rdc-la-plupart-des-42-fosses-communes-auraient-ete-creusees-par-des-elements-des-fardc-onu/#comments  (Consulté le 16/01/2018).

[5] TILOUINE, Joan. Au Kasaï, un conflit coutumier qui dégénère en sale guerre. Le Monde [en ligne.] (modifié le 26 avril 2017) Disponible sur : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/04/26/au-kasai-un-conflit-coutumier-qui-degenere-en-sale-guerre_5118087_3212.html#vQemKh3OeEJ2eHpZ.99  (Consulté le 16/02/2018).

[6] ROLLEY, Sonia. La crise au Kasaï en 30 dates. RFI [en ligne.] (modifié en juin 2017) Disponible sur :  http://webdoc.rfi.fr/rdc-kasai-violences-crimes-kamuina-nsapu/chronologie/index.html  (Consulté le 16/01/2018).

[7] Actualité.cd. RDC : La plupart des 42 fosses communes auraient été creusées par des éléments des FARDC. Op.cit.[4].

[8] Belga. Des Casques bleus sud-africains accusés de violences en RDC, au Kasai et Nord- Kivu. RTBF.be [en ligne.] (modifié le 12 février 2018) Disponible sur : https://www.rtbf.be/info/monde/detail_onu-des-casques-bleus-sud-africains-accuses-de-violences-en-rdc-au-kasai-et-nord-kivu?id=9838346  (Consulté le 19/02/2018).

[9] ROLLEY, Sonia. La crise au Kasaï en 30 dates. Op.cit[6].

[10] AFP. RDC: 200.000 déplacés en Ituri en 2 mois de conflits. TV5 Monde [en ligne.] (modifié le 13 février 2018) Disponible sur : http://information.tv5monde.com/en-continu/rdc-200000-deplaces-en-ituri-en-2-mois-de-conflits-220262 (Consulté le 19/02/2018).

[11] Radio Okapi. RDC : des milliers d’enfants recrutés et utilisés chaque année par des groupes armés. Op.cit[3].

[12] Ibid.

[13] Le courrier du Vietnam. L'UNICEF préoccupée par l'utilisation des enfants armés. [en ligne.] (modifié le 13 février 2018) Disponible sur : https://lecourrier.vn/lunicef-preoccupee-par-lutilisation-des-enfants-armes/455380.html  (Consulté le 19/02/2018).

[14] BENETTI, Pierre. Au Kasaï comme ailleurs en RDC, « le désordre comme art de gouverner » de Joseph Kabila. Le Monde [en ligne.] (modifié le 19 septembre 2017) Disponible sur : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/09/12/au-kasai-comme-ailleurs-en-rdc-le-desordre-comme-art-de-gouverner-de-joseph-kabila_5184530_3212.html#fb3vjZqGi0wWu5zX.99  (Consulté le 19/02/2018).

[15] AFP. RDC : une crise humanitaire de grande ampleur menace en 2018.Jeune Afrique [en ligne.] (modifié le 13 décembre 2017) Disponible sur : http://www.jeuneafrique.com/depeches/501528/politique/rdc-une-crise-humanitaire-de-grande-ampleur-menace-en-2018/  (Consulté le 19/02/2018).

 

WEBOGRAPHIE

Actualité.cd. RDC : La plupart des 42 fosses communes auraient été creusées par des éléments des FARDC. [en ligne.] (modifié le 25 juillet 2017) Disponible sur : https://actualite.cd/2017/07/25/rdc-la-plupart-des-42-fosses-communes-auraient-ete-creusees-par-des-elements-des-fardc-onu/#comments  (Consulté le 16/01/2018).

AFP. RDC: 200.000 déplacés en Ituri en 2 mois de conflits. TV5 Monde [en ligne.] (modifié le 13 février 2018) Disponible sur : http://information.tv5monde.com/en-continu/rdc-200000-deplaces-en-ituri-en-2-mois-de-conflits-220262 (Consulté le 19/02/2018).

AFP. RDC : une crise humanitaire de grande ampleur menace en 2018.Jeune Afrique [en ligne.] (modifié le 13 décembre 2017) Disponible sur : http://www.jeuneafrique.com/depeches/501528/politique/rdc-une-crise-humanitaire-de-grande-ampleur-menace-en-2018/  (Consulté le 19/02/2018).

Belga. Des Casques bleus sud-africains accusés de violences en RDC, au Kasaï et Nord- Kivu. RTBF.be [en ligne.] (modifié le 12 février 2018) Disponible sur : https://www.rtbf.be/info/monde/detail_onu-des-casques-bleus-sud-africains-accuses-de-violences-en-rdc-au-kasai-et-nord-kivu?id=9838346  (Consulté le 19/02/2018).

BENETTI, Pierre. Au Kasaï comme ailleurs en RDC, « le désordre comme art de gouverner » de Joseph Kabila. Le Monde [en ligne.] (modifié le 19 septembre 2017) Disponible sur : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/09/12/au-kasai-comme-ailleurs-en-rdc-le-desordre-comme-art-de-gouverner-de-joseph-kabila_5184530_3212.html#fb3vjZqGi0wWu5zX.99  (Consulté le 19/02/2018).

Comité International de la Croix Rouge. Le conflit en République démocratique du Congo (RDC). [en ligne.] (modifié le 12 octobre 2017) Disponible sur : https://www.icrc.org/fr/le-conflit-en-republique-democratique-du-congo-rdc  (Consulté le 14/02/2018).

Le courrier du Vietnam. L'UNICEF préoccupée par l'utilisation des enfants armés. [en ligne.] (modifié le 13 février 2018) Disponible sur : https://lecourrier.vn/lunicef-preoccupee-par-lutilisation-des-enfants-armes/455380.html  (Consulté le 19/02/2018).

Radio Okapi. RDC : des milliers d’enfants recrutés et utilisés chaque année par des groupes armés. [en ligne.] (modifié le 12 février 2018) Disponible sur : https://www.radiookapi.net/2018/02/12/actualite/societe/rdc-des-milliers-denfants-recrutes-et-utilises-chaque-annee-par-des (Consulté le 19/02/2018)

REKACEWICZ, Philippe. Les richesses convoitées de la République démocratique du Congo. Le Monde Diplomatique. [en ligne.] (modifié en juillet 2006) Disponible sur : https://www.monde-diplomatique.fr/cartes/congomdv49#&gid=1&pid=2  (Consulté le 15/02/2017).

ROLLEY, Sonia. La crise au Kasaï en 30 dates. RFI [en ligne.] (modifié en juin 2017) Disponible sur : http://webdoc.rfi.fr/rdc-kasai-violences-crimes-kamuina-nsapu/chronologie/index.html  (Consulté le 16/01/2018).

TILOUINE, Joan. Au Kasaï, un conflit coutumier qui dégénère en sale guerre. Le Monde [en ligne.] (modifié le 26 avril 2017) Disponible sur : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/04/26/au-kasai-un-conflit-coutumier-qui-degenere-en-sale-guerre_5118087_3212.html#vQemKh3OeEJ2eHpZ.99  (Consulté le 16/02/2018).

 

 

Category: