L'actualité dans tous ses états - 09 mars 2017

La Revue de Presse du CIPADH présente les points forts de l'actualité des droits humains et du maintien de la paix. Cette semaine, focus sur la manifestation contre l'avortement en Irlande, le rétablissement de la détention systématique des migrants en Hongrie et l'attentat à Kaboul. Bonne lecture!

Français

  • Manifestion pour la dépénalisation de l’avortement en Irlande

Ce mercredi 8 mars, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, les citoyens irlandais sont descendus dans la rue afin de manifester contre l’interdiction de l’avortement. Selon le Huffington Post, environ 4.500 personnes se sont réunies pour soutenir la campagne « Repeal the 8th » qui se bat pour le retrait du 8ème amendement de la constitution irlandaise interdisant le recours à l’avortement. En vertu de cette loi, l’avortement n’est autorisé que lorsque la grossesse présente un risque réel et substantiel pour la vie de la femme. Le viol, l’inceste ou une malformation du fœtus ne sont donc pas des cas autorisés.

  • Rétablissement de la détention systématique des migrants en Hongrie

La Hongrie a adopté mardi 7 mars une loi rétablissant la mise en détention systématique de tous les demandeurs d’asile présents dans le pays. Selon Le Temps, les migrants se verront placés dans des « zones de transit » aux frontières avec la Serbie et la Croatie. Les demandeurs d’asile seront ainsi détenus dans des conteneurs entourés de hautes clôtures barbelées en attendant une décision définitive de leur demande. Inscrite dans une politique de lutte acharnée contre l’immigration par le gouvernement hongrois, cette mesure avait pourtant été renoncée en 2013 sous la pression de l’Union Européenne.

  • Attentat en Afghanistan

Le principal hôpital militaire de Kaboul a fait l’objet d’une attaque terroriste ce mercredi 8 mars. Selon Le Monde, une trentaine de morts sont à déplorer parmi les médecins, les infirmiers et les patients ainsi qu’une quarantaine de blessés. L’attaque a débuté par un attentat suicide à l’arrière de l’hôpital où se sont ensuite introduit d’autres assaillants déguisés en médecins qui ont tiré sur le personnel et les patients pendant près de 6 heures. Cette attaque aurait été revendiquée par l’organisation Etat Islamique.

Category: