L'actualité dans tous ses états - 20 avril 2017

La Revue de Presse du CIPADH présente les points forts de l'actualité des droits humains et du maintien de la paix. Cette semaine, focus sur le référendum historique en Turquie, sur le renforcement des tensions entre la Corée du Nord et les Etats-Unis, sur les manifestations au Vénézuela et sur le meurtre d'un étudiant au Pakistan. 

Français

  •  Turquie : la victoire du référendum par le Président Erdogan  

Le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, remporte l’approbation par référendum d’une réforme constitutionnelle renforçant largement ses pouvoirs. Selon le Huffingtonpost, le « oui »  l’a emporté de peu avec 51,37%  des voix. Dans les grandes villes telles que Istanbul et Ankara ainsi que dans les régions Kurdes, le « non » était majoritaire mais par opposition, la diaspora Turque a clairement soutenu le président et plus particulièrement en Belgique où 77% des suffrages exprimés étaient favorables à la réforme comme le rapporte La Libre.   

Le Monde rappelle de contentement d’Erdogan lequel a déclaré que « c’est un moment historique, un changement très sérieux pour la Turquie ». Sérieux, très certainement. Le référendum prévoit la suppression du poste de premier ministre et de conférer au Président les pouvoirs de l’exécutif. Le Président pourrait également rester au pouvoir jusqu’en 2029.

Le principal parti d’opposition, le CHP, conteste les résultats du référendum et a officiellement déposé un recours pour l’annulation du scrutin en raison de potentielles irrégularités comme le déclare RFI. Des manifestants sont également descendus dans les rues pour protester contre ce qu’ils estiment avoir été un scrutin frauduleux. Ces allégations auraient un réel fondement puisque selon Le Figaro, les observateurs de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe ont estimé que le processus électoral qui a mené à l’approbation du référendum ne respectait pas les normes internationales démocratiques. Selon Le Nouvelliste,les membres de l’OSCE et du Conseil de l’Europe évoquent un cadre juridique insatisfaisant et des modifications de dernière minute.

RFI rappelle que « l’Union Européenne accueille sans chaleur les résultats du referendum » alors que les présidents Donald Trump et Vladimir Poutine ont félicité le président turc de sa victoire comme le rapporte la RTBF et Le Figaro.

 

  •  Etats-Unis et Corée du Nord : escalade des tensions entre les deux puissances

Les tensions entre Washington et Pyongyang se sont drastiquement tendues cette dernière semaine. Deux jours après la frappe de la base aérienne en Syrie menée unilatéralement par les Etats-Unis contre le régime Assad, le président Donald Trump a ordonné l’envoi d’un porte-avion vers la péninsule coréenne et comme le rappelle Le Temps, dans le but de contrer la menace nucléaire nord-coréenne dont le leader, Kim Jung-Un a réalisé 5 test nucléaires durant ces dernières années. Le comportement provocateur des Etats-Unis a ravivé les tensions entre les deux puissances menant le leader nord-coréen à riposter immédiatement en déployant de nouveaux missiles. Tel que souligné par Le Nouvelliste, la Corée du Nord est « prête à répliquer à toute attaque nucléaire par une attaque nucléaire ». Ces intimidations et provocations de chacun des deux côtés rappellent le contexte tendu  de la guerre froide : The Guardian compare la crise actuelle à celle de la crise des fusées à Cuba laquelle a failli mener à un affrontement armé. La volonté ferme de la Corée du Nord de développer d’avantage son arsenal nucléaire et le comportement hostile de Trump font trembler les leaders du monde entier qui craignent l’éclatement d’un conflit armé qui déboucherait sur l’emploi du nucléaire. Le Nouvel Observateur rapporte que le ministre chinois des Affaires étrangère avait en effet averti « qu’un conflit pourrait éclater à tout moment ». Nicholas Kristof, dans le New York Times insiste sinistrement que “ if Trump tries to accelerate the process with a pre-emptive military strike, then Heaven help us”.

  • Venezuela : manifestations violentes contre le président Maduro

En raison des difficultés économiques qui paralysent le pays, le président du Venezuela, Nicolas Maduro, fait face à de violentes contestations rapporte Le Monde. La mort de Chavez en 2013, la chute du prix du pétrole provocant une grave crise financière, et la décision de la Cour Suprême du 1er avril de s’octroyer les pouvoirs du Parlement ont mené, selon La Libre, l’opposition à organiser de massives manifestations en signe de mécontentement contre le gouvernement Maduro. Ce 19 avril a eu lieu « la mère de toutes les manifestations » qui aurait réuni plusieurs centaines de milliers de manifestants à Caracas selon Le Figaro, qui rapporte également un bilan de 3 morts et 500 arrestations. Henrique Capriles, leader du groupe de l’opposition, invite les manifestant à de nouveau se réunir afin d’exercer une pression contre le gouvernement et apporter les regards de la communauté internationale, comme le rapporte RFI.

  • Pakistan : un étudiant battu à mort pour blasphème

Le Figaro dénonce tristement la mort d’un étudiant pakistanais lynché à l’université par d’autres étudiants en raison de ses opinions considérées comme laïques. Le blasphème est puni par une loi permettant de condamner une personne à la prison à vie celui qui aurait insulté le Coran ou injurié le prophète. Selon le journal pakistanais Dawn, le premier ministre a condamné ce meurtre cruel, ordonné la police d’arrêter tous les responsables et appelé les citoyens à s’unir pour condamner ce crime et promouvoir la tolérance. Bien que le premier ministre ait dénoncé la cruauté de ce crime, Le Monde souligne que ce meurtre intervient après que le haut-responsable pakistanais ait ordonné, en mars dernier, le retrait de tous les contenus blasphématoires des réseaux sociaux.

Category: