Le CIPADH s'invite au centre aéré : introduction aux droits humains

INTERVENTION EN CENTRE AERE - L’équipe du CIPADH est intervenue jeudi 21 juillet au centre-aéré de la Maison de Quartier Asters-Servette, à Genève, auprès de 26 d’enfants âgés de 4 à 12 ans. Au programme, ateliers et animations sur la thématique des droits de l'homme et de la lutte contre les discriminations.


Français

Nelson Mandela.

Objectif

L’objectif de notre intervention était d’introduire tout en douceur la thématique des droits humains et des droits de l’enfant aux enfants, en orientant notre propos sur la discrimination, afin de familiariser les jeunes enfants aux concepts essentiels des droits de l’homme et de leur fournir les premiers outils nécessaires à la compréhension de ces notions.

 

Thématique

La problématique de la discrimination a été notre fil conducteur tout au long de l’intervention. Lors de notre présentation, nous avons également fait découvrir aux enfants les bases de la Déclaration des Droits de l’Homme en se focalisant sur les deux premiers articles. Pour mettre en exergue un exemple concret de la lutte contre les discriminations, nous avons choisi de relater l’exemple de l’Apartheid en Afrique du Sud et de la figure de Nelson Mandela.

 

Activités

Les enfants, au nombre de 26, ont été répartis en trois groupes en fonction des âges. Nous avons organisé et proposé trois activités :

  • La première était une présentation globale sur le rôle et les principes du CIPADH, pour ensuite expliciter les droits humains en expliquant les deux premiers articles de la Déclaration des Droits de l’Homme, pour finir sur une présentation rapide de la situation de l’Apartheid en Afrique du Sud et du rôle de Nelson Mandela. Tout au long de la présentation, qui était également visuelle, nous nous sommes efforcés de créer une interaction avec les enfants afin que cela ne soit pas trop scolaire mais crée un réel échange.
  • La seconde activité était un jeu de cartes : les enfants devaient s’imaginer être dans un bateau, en route pour constituer leur tribu dans un continent encore inexploré. Les cartes, qui dépeignaient toutes à la fois des droits humains élémentaires mais également des objets moins essentiels, étaient toutes en leur possession, mais une série de catastrophes les obligeaient à choisir de se débarrasser d’un certain nombre. Le but de l’exercice était d’amener à une discussion sur l’importance de certains droits et la différence entre droits, besoins et envies. Le groupe qui faisait cet exercice était scindé en deux, et à la fin du jeu, les deux groupes pouvaient comparer leurs choix et en débattre.
  • La troisième activité constituait en scénettes : les enfants devaient tirer au sort un droit (par exemple, droit à la non-discrimination ou à être protégé contre la violence), le mettre en scène et faire deviner aux autres enfants du groupe de quel droit il s’agissait.

Chaque activité durait 30 minutes et les groupes tournaient à l’issue de cette demi-heure. L’intervention a au final duré une après-midi, de midi à 16h30.

 

Conclusions

Les enfants se sont montrés très réceptifs et intéressés par les problématiques soulevées lors des trois activités. Ils ont particulièrement apprécié pouvoir mettre en scène leurs droits et l’aspect ludique des activités. Lors du debriefing, lorsqu’il leur a été demandé de reconstituer ce qu’ils avaient retenu de l’après-midi, ils ont mis l’accent sur l’importance du respect, de la tolérance, qui commence dès l’enfance, et sur le droit à ne pas être discriminé, pour quelque raison que ce soit.