Les droits de l’homme à l’épreuve de l’austérité

Français

Le conseil des droits de l’homme des Nations Unies vient de rendre public un rapport qui fera date en matière des conséquences négatives des mesures d’austérité. Selon le report « L’impact négatif des mesures d’austérité sur les droits humains ne doit plus être ignoré et des actions pour en éviter les conséquences sont attendues depuis longtemps ».L’Expert de l’ONU mandaté pour accomplir cette mission en étudiant les questions liées à la dette extérieure, la finance, et les droits de l’homme. 

" Il existe des leçons bien documentées sur les impacts négatifs des mesures économiques adoptées en temps de crise financière ", ajoute Juan Pablo Bohoslavsky, lors de la présentation de son rapport au Conseil.

 

 

" Certaines de ces leçons datent de plusieurs décennies, mais elles demeurent néanmoins oubliées dans la prise de décision, et les mêmes erreurs sont sans cesse répétées. Le rôle déterminant que les droits humains peuvent et doivent jouer dans la conception et la mise en œuvre de réforme n’a pas été intégré efficacement ".

Il s’agit pour le conseil de faire un état des lieux complet sur les failles des mesures d’austérité et des politiques économiques en temps de crise et leur impact sur non seulement les droits humains mais aussi sur les autres priorités publiques comme l’emploi, la jeunesse, la santé et le logement. 

 

Le rapport fait le lien entre le la baisse des denrées publiques et l’affaiblissement des institutions démocratiques ainsi que la prise en charge des menaces quotidiennes comme la violence et l’insécurité et l’absence des infrastructures appropriées. 

 

L’objectif du rapport de M. Bohoslavsky se résume à « élaborer des principes directeurs adressés aux Etats et aux autres parties prenantes concernées, afin d’évaluer les politiques de réformes économiques d’une perspective de droits humains et en vue d’apprendre des erreurs passées et présentes ».

 

" La gestion des questions économiques et fiscales est une fonction principale du gouvernement, étroitement liée à ses obligations en matière de droits humains ", a souligné M. Bohoslavsky. " L’ampleur des effets néfastes des coupures budgétaires sur les droits humains dépend entièrement de qui est consulté, quelles priorités sont établies et comment ces coupures sont mises en œuvre », ajoute t-il. 

 

L’expert de l’ONU a conclu sa présentation :"Au final, la question cruciale à se poser est de savoir si les coupures budgétaires auront pour effet d’aggraver les inégalités existantes, et qui seront les personnes les plus affectées par ces mesures ? "

 

Cipadh 

 

Source OHCHR

Category: