Reconnaissance du génocide des peuples Héréro et Nama : l'Allemagne s'excuse

ACTUALITÉ – Après plusieurs années de discussion, la République fédérale d’Allemagne a finalement décidé de s’excuser officiellement pour le génocide commis en Namibie. Reconnu comme tel en juillet 2015 par le ministre des affaires étrangères allemand, ce pas supplémentaire est salué par les descendants des victimes ainsi que par le gouvernement namibien. Retour sur les faits.

Français

Peuple Héréro sous la colonisation de l'Empire allemand - source : nofi.fr

Massacre et génocide sur des tribus de l’actuelle Namibie

Après son unification en 1871, l’Allemagne devient une puissance coloniale, étendant son territoire jusqu’en Afrique. En 1884, l’actuelle Namibie devient l’Afrique allemande du Sud-Ouest et l’application de lois raciales, soumettant les peuples habitant sur ces terres, s’impose rapidement. 

Les ethnies Héréro et Nama se soulèvent contre l’autorité en place en 1904 mais les forces allemandes finissent par retourner la situation et un nombre important de massacres commencent à se perpétrer. Pendant cette révolte, l’armée allemande avait elle aussi subi la perte de beaucoup d’hommes, ce qui avait engendré la colère et la rancune de l’autorité, notamment du tristement célèbre Lothar von Trotha. Décidant de fusiller « chaque Héréro se trouvant sur le sol allemand »,1 ce général allemand voulait ainsi anéantir cette population. Avec la mort de plus de 65'000 Héréro et de 10'000 Nama, l’objectif avait quasiment été atteint.2

Sur la base de théories racistes et bien avant le nazisme, ces peuples ont été massacrés et envoyés dans des camps de concentration, où ils étaient, par exemple, affamés. Des centaines de crânes ont par la suite été envoyés à des scientifiques afin de démontrer l’infériorité des personnes noires de peau.3

Si ces crimes ont été occultés pendant plusieurs années, l’indépendance de la Namibie en 1990 a rouvert les plaies du passé. Entamant des procédures pénales à l’encontre de l’Allemagne, celles-ci n’ont jamais abouties mais le débat a ainsi été entamé.

 

Une Allemagne embarrassée qui doit répondre des crimes de son ancêtre impériale  

Pendant des années, l’Allemagne évite la question. Le renvoi en 2011 d’une vingtaine de crânes Héréro à la Namibie expose le pays fédéral. Un chef Héréro namibien demande ainsi « réparation »4 parce que ses « ancêtres ont été traités avec un total mépris et sans respect, traités comme des chimpanzés de laboratoires »,5 tout en expliquant que « les scientifiques allemands ont disséqué les crânes dans leurs laboratoires et les ont teinté de plusieurs couleurs différentes pour prouver leur idéologie raciste et fasciste : que les capacités intellectuelles des Noirs sont inférieures à celles des Caucasiens ».6 

Cette déclaration avait fait forte impression et elle avait précédé une série de réclamations. Le gouvernement namibien, les chefs de tributs ou des organisations comme « Völkermord verjährt nicht! » (« Il n'y a pas prescription concernant le génocide ») se sont battus pour que la notion de génocide et de crime de guerre soient reconnus par l’Allemagne, étant donné que la justice ne se prononçait pas à ce sujet. 

Embarrasée, l'Allemagne tarde à revenir sur cette partie de son histoire. C'est en juillet 2015 que Frank-Walter Steinmeier (ministre social-démocrate des Affaires étrangères) et Norbert Lammert (président du Bundestag) finissent par reconnaitre que « le terme de génocide [était] approprié pour qualifier ce massacre ».7

Si la question financière à propos des indemnités n’a toujours pas été réglée,8 le gouvernement fédéral a déclaré le 15 juillet passé qu’il prévoyait de s’excuser. Sawsan Chebli, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a déclaré : « Nous avons pour objectif de parvenir à une déclaration gouvernementale commune qui contiendrait une formulation sur les événements qui se sont produits. Et une excuse allemande qui serait acceptée par la Namibie et pourrait former la base d'une résolution des parlements des deux pays ».9

Ainsi, par la reconnaissance des faits et les excuses que l’Allemagne prévoit de présenter au peuple et au gouvernement namibien, une tranche sombre de l’histoire allemande semble se refermer.

 

1 Annabelle Georgen (10 juillet 2015), Slate, « Namibie: ce génocide que l'Allemagne refuse toujours de reconnaître », http://www.slate.fr/story/104153/namibie-genocide-Allemagne

2 Christophe Bourdoiseau ( 6 juillet 2016), TDG, « Avant l’Holocauste, des Allemands ont commis un génocide en Afrique », http://www.tdg.ch/monde/afrique/holocauste-allemands-commis-genocide-afr...

3 Le Figaro (5 octobre 2011), « Un Namibien accuse Berlin de génocide », http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/10/05/97001-20111005FILWWW00593-u...

4 Idem

5 Idem

6 Idem

7 Christophe Bourdoiseau ( 6 juillet 2016), TDG, « Avant l’Holocauste, des Allemands ont commis un génocide en Afrique », http://www.tdg.ch/monde/afrique/holocauste-allemands-commis-genocide-afr...

8 Christophe Bourdoiseau ( 6 juillet 2016), TDG, « Avant l’Holocauste, des Allemands ont commis un génocide en Afrique », http://www.tdg.ch/monde/afrique/holocauste-allemands-commis-genocide-afr...

9 Angelica Djorkaeff (21 juillet 2016), Le Figaro, « L'Allemagne prévoit des excuses pour un «génocide» en Namibie », http://www.lefigaro.fr/international/2016/07/21/01003-20160721ARTFIG0015...

 

Par Sonia Rodríguez - Assistante de recherche au CIPADH

 

Webographie

Le Figaro (5 octobre 2011), « Un Namibien accuse Berlin de génocide », http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/10/05/97001-20111005FILWWW00593-u...

Annabelle Georgen (10 juillet 2015), Slate, « Namibie: ce génocide que l'Allemagne refuse toujours de reconnaître », http://www.slate.fr/story/104153/namibie-genocide-Allemagne

Christophe Bourdoiseau ( 6 juillet 2016), TDG, « Avant l’Holocauste, des Allemands ont commis un génocide en Afrique », http://www.tdg.ch/monde/afrique/holocauste-allemands-commis-genocide-afr...

Angelica Djorkaeff (21 juillet 2016), Le Figaro, « L'Allemagne prévoit des excuses pour un «génocide» en Namibie », http://www.lefigaro.fr/international/2016/07/21/01003-20160721ARTFIG0015...

Category: