Revue de Presse sur la situation en Indonésie suite au séisme et tsunami

Le Centre International pour la Paix et les Droits de l’Homme (CIPADH) vous propose une revue de presse sur la situation en Indonésie suite au séisme et tsunami ayant eu lieu vendredi dernier. Entre bilans, conséquences et défaillances, cet article met en exergue les données de divers médias journalistiques.

Français

Dégâts causés par le tsunami en Indonésie (2004) - Source: Pixnio

Un bilan qui ne cesse de s’alourdir

Vendredi dernier, en Indonésie, la ville côtière de Palu dans les Célèbes a été violemment touchée par un séisme d’une magnitude de 7,5 suivis d’un tsunami avec des vagues atteignant près de six mètres de haut [1]. Entre dimanche et aujourd’hui, le Huffington Post publie que le nombre de victimes a lourdement augmenté, passant de 832 à plus de 1200 selon les données de l’agence de gestion des catastrophes [2][3]. Le journal britannique, The Guardian, rajoute que ce chiffre devrait toutefois augmenter d’après les autorités du pays notamment en raison des zones isolées qui restent difficilement atteignables [4].

 

Conséquences liées aux dégâts

Suite aux dégâts perpétrés par les catastrophes naturelles, Le Monde précise que les autorités indonésiennes ont déclaré un état d’urgence de quatorze jours [5]. Bien que souvent réticente à faire appel à l’aide internationale, l’Indonésie a fini par y céder compte tenu des difficultés à gérer la crise [6]. En effet, comme l’affirme la RFI, les autorités, ayant mal jugé l’ampleur des dégâts, se sont retrouvés avec un nombre insuffisant d’équipes de secours sur place [7]. Actuellement, 191 000 personnes, dont 46 000 enfants et 14 000 personnes âgées, devraient être secourus d’urgence selon les estimations du bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (UNOCHA) [8]. Plusieurs éléments expliquent que l’appel aux ONGs ainsi qu’aux pays étrangers s’avérait nécessaire par le Président Joko Widodo. D’une part, aussi bien Le Monde que le RFI soulignent le manque de nourriture, d’eau potable et de médicaments pour les survivants. Cette insuffisance est notamment due à l’unique centre de distribution de nourriture existant à Palu qui peine à fournir des vivres pour tout le monde [9]. À ce propos, l’hebdomadaire français, L'Obs, mentionne qu' avec l’accord du gouvernement, les survivants ne trouvent aucun autre choix que de piller les magasins pour subvenir à leurs besoins [10]. Or, semant la colère de l’Indonesian Retailers Association (Aprindo)The Jakarta Post attire l’attention sur le mécontentement des détaillants qui accusent le gouvernement d’avoir autorisé les pillages sans discussion préalable avec les propriétaires des magasins, la direction ainsi que l’association [11]. D’autre part, la panne d’électricité ainsi que les routes coupées ne font qu’accentuer les problèmes de coordinations et de communications des secours tels que l’indique le quotidien suisse, Le Temps [12]. En effet, la tour de contrôle de l’aéroport de Palu ainsi que les routes reliant l’Est et le Sud de la ville sont fortement endommagés portant ainsi préjudice à l’accès des aides humanitaires [13]. 

 

Polémique autour de la défaillance du système d’alarme

Malgré les circonstances, la question se pose de savoir si un tel bilan aurait pu être évité avec meilleure efficacité d'alerte au tsunami. Le Figaro ainsi que Le Matin sont revenus sur ce point en évoquant les critiques à l’encontre de l'Institut de géophysique et de météorologie du pays (BMKG) suite à la défaillance du système d’alarme. En effet, bien que le BMKG puisse le nier, les autorités auraient déclenché une alarme qui a été suspendue bien trop tôt. De plus, le quotidien suisse soulève qu’en raison d’une station de détection inopérante à Palu, aucune information n’a été transmise [14]. Mais encore, étant donné les dommages causés par le séisme, il s’avère qu' aucun SMS d’alerte n’ait été reçu et qu' aucune sirène d’alerte n’ait été déclenchée [15]. Le quotidien français, quant à lui, rappelle que de nombreux instruments d’alerte installés à la suite du tsunami, ayant touché l’île en 2004, ont été vandalisés [16]. Toutefois, aucune démarche n'a été entreprise pour réparer le système bien qu'en 2017 déjà, l'Agence indonésienne de gestion des risques naturels (BNPB) ait pointé du doigt l’inefficacité des bouées d’alerte tsunami due à une maintenance irrégulière ainsi que de l'usage de ces dernières comme ancres [17]

Bien qu’il ne s’agisse pas de la première fois que l’Indonésie soit exposée à un tel danger, elle demeure en revanche très mal équipée contre les risques qui y sont liés. Entre manques de communication, systèmes d’alerte défaillants, minimisation de l’ampleur des faits ainsi que réticence du gouvernement quant à la demande de soutien international, les autorités indonésiennes se doivent de mieux évaluer les risques et prendre des mesures de prévention efficaces afin d’éviter une situation aussi drastique dans le futur. 

 

Références

[1] Le Temps. (30.09.2018). « Séisme et Tsunami en Indonésie : le bilan dépasse les 800 morts », Le Temps, Disponible en ligne : https://www.letemps.ch/monde/seisme-tsunami-indonesie-bilan-depasse-800-morts. (Consulté le 02.10.2018).

[2] Le Huffington Post. (30.09.2018).« Tsunami en Indonésie : une nouvelle vidéo terrifiante le déferlement sur les côtes des Célèbes »,Le Huffington Post, Disponible en ligne : https://www.huffingtonpost.fr/2018/09/30/une-video-du-tsunami-deferlant-sur-lile-des-celebes-en-indonesie-filmee-par-un-temoin_a_23546247/(Consulté le 02.10.2018).

[3] AFP. (02.10.2018). « Le séisme et le tsunami en Indonésie ont fait plus de 1200 morts », Le Huffington Post, Disponible en ligne : https://www.huffingtonpost.fr/2018/10/02/le-seisme-et-le-tsunami-en-indonesie-ont-fait-plus-de-1200-morts_a_23547958/?utm_hp_ref=fr-homepage. (Consulté le 02.10.2018).

[4] LAMB, Kate et ELLIS-PETERSEN, Hannah. (01.10.2018). « Palu tsunami: desperate search for survivors amid difficult rescue conditions », The Guardian, Disponible en ligne : https://www.theguardian.com/world/2018/oct/01/indonesia-tsunami-mass-burials-begin-amid-desperate-search-for-survivors(Consulté le 02.10.2018).

[5] Le Monde. (01.09.2018). « Séisme en Indonésie : le bilan humain dépasse les 1200 morts »,Le Monde, Disponible en ligne : https://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2018/10/01/indonesie-191-000-personnes-ont-besoin-d-une-aide-humanitaire-d-urgence_5363037_3216.html. (Consulté le 02.10.2018).

[6] RFI. (02.10.2018). « Indonésie: l'ampleur de la catastrophe reste encore à déterminer », RFI, Disponible en ligne : http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20181002-indonesie-catastrophe-naturelle-palu-seisme-tsunami-celebes-humanitaire-seco. (Consulté le 02.10.2018).

[7] Ibid. 

[8] Ibid. 

[9] Ibid. 

[10] L’Obs. (30.09.2018). « Bilan humain, pillage, polémique sur l’alerte… L’Indonésie après le séisme et le tsunami », L’Obs, Disponible en ligne : https://www.nouvelobs.com/planete/20180930.OBS3189/bilan-humain-pillage-polemique-sur-l-alerte-l-indonesie-apres-le-seisme-et-le-tsunami.html. (Consulté le 02.10.2018).

[11] The Jakarta Post. (01.10.2018). « Aprindo blames govt for looting in earthquake-hit Palu ». The Jakarta Post. Disponible en ligne : http://www.thejakartapost.com/news/2018/10/01/aprindo-blames-govt-for-looting-in-earthquake-hit-palu.html.(Consulté le 02.10.2018).

[12] Le Temps. (30.09.2018). « Séisme et Tsunami en Indonésie : le bilan dépasse les 800 morts », Le Temps, Disponible en ligne : https://www.letemps.ch/monde/seisme-tsunami-indonesie-bilan-depasse-800-morts. (Consulté le 02.10.2018).

[13] Ibid. 

[14] Le Matin. (02.10.2018). « Aux Célèbes, le système d’alerte tsunami a défailli », Le Matin, Disponible en ligne : https://www.lematin.ch/monde/Aux-Celebes-le-systeme-d-alerte-tsunami-a-defailli/story/25903432. (Consulté le 02.10.2018).

[15] Ibid. 

[16] LAVINA, Gwendal (01.10.2018). « Indonésie : le système d’alerte au tsunami a-t-il été défaillant ? »,Le Figaro, Disponible en ligne : http://www.lefigaro.fr/international/2018/10/01/01003-20181001ARTFIG00219-indonesie-le-systeme-d-alerte-au-tsunami-a-t-il-ete-defaillant.php. (Consulté le 02.10.2018).

[17] Ibid.

Category: