Revue de presse sur la victoire d’Imran Khan au Pakistan

Imran Khan vient récemment de gagner les élections législatives pakistanaises. Celui que ses opposants appellent « Imran Can’t » va diriger un Pakistan tourmenté par une classe politique entachée par des scandales de corruption et une armée omniprésente. Son principal défi sera d’améliorer les conditions économiques et sociales de ce pays peuplé de plus de 200 millions d’habitants.

Français

Imran Khan au World Economic Forum de 2011 (Davos). Source: Jolanda Flubacher

Un homme populiste et une armée puissante

Le Temps revient sur les raisons de la victoire d’Imran Khan aux élections législatives pakistanaises. Le quotidien suisse explique que la victoire de cet ancien champion de cricket est due à sa campagne anti-corruption, à la lassitude de la population envers les vieux partis politiques et au soutien implicite des élites militaires du pays. Malgré les scènes de liesse et de joie dans les rues des villes pakistanaises, le journal fait écho des rumeurs sur le parti-pris des médias pour Khan et des possibles fraudes au cours du scrutin [1].  De son côté, le Courrier international observe que le Pakistan est un pays avec des institutions politiques fragiles après avoir connu 71 années de gouvernement militaire et de nombreux coups d’État [2].

Libération constate également l’immense poids de l’armée dans la vie politique pakistanaise, ce journal met en lumière le fait que des représentants de l’armée ont fait sortir certains observateurs appartenant à différents partis pakistanais des bureaux de vote. Selon les colonnes de ce quotidien, l’armée cherchait à éviter un deuxième mandat de Nawaz Sharif car ce dernier mettait beaucoup d’effort à renforcer le pouvoir civil. Dans un autre registre, Libération constate que Monsieur Khan partage beaucoup de points communs avec Donald Trump, notamment un amour pour les réseaux sociaux, une situation très aisée sur le plan financier, un narcissisme assumé, un discours populiste et une inexpérience politique [3].

 

Un homme au parcours contrasté

Le monde préfère insister sur le parcours très contrasté de Monsieur Khan. En effet, le leader du Mouvement du Pakistan pour la Justice a vécu plusieurs vies. Celui qui fut un jeune étudiant à l’université d’Oxford est devenu un sportif d’élite avant d’embrasser la carrière de politicien. Le quotidien français estime que Monsieur Khan est quelqu'un que l’on pourrait qualifier de « musulman born again », c’est-à-dire une personne qui es revenu à la foi de l’islam. Néanmoins, le journal souligne le fait que Monsieur Khan, malgré sa rhétorique de rassemblement, pourrait chercher de l’appui du côté de l’extrême-droite islamiste pakistanaise [4]. Cependant, le quotidien britannique, The Guardian, estime que l’extrême-droite représenté par le parti Tehreek-e-Lebbaik cherchant à tuer les « blasphémateurs » n’a pas gagné suffisamment de sièges pour être un allié au prochain gouvernement [5].

 

Des promesses de réformes économiques et sociales

Le journal Le Point revient sur la promesse d’Imran Khan d’instaurer un État providence islamique. Monsieur Khan compte améliorer l’éducation publique et l’accès aux soins et à l’eau. Mais il veut également réduire le train de vie de l’État d’un pays qui est exposé à un défaut de paiement. Le Point insiste sur le fait que le Fond Monétaire International (FMI) pourrait bientôt demander au Pakistan de privatiser certaines entreprises publiques, et forcer le gouvernement à augmenter les recettes fiscales à travers une hausse de la fiscalité de l’agriculture [6].

 

Un homme critique des États-Unis

Le New York Times pense qu’Imran Khan pourrait avoir des velléités anti-américaines, en effet, le journal new-yorkais fait remarquer que cet homme politique pakistanais critique depuis de longues années les attaques de drones de l’armée américaine. Son élection pourrait faire monter les tensions entre les deux pays dans le domaine de la coopération anti-terroriste. En effet, le journal rappel que Donald Trump a déjà coupé des millions de dollars d’aides au gouvernement pakistanais, car il estimait que ses dirigeants étaient trop complaisant avec les milices terroristes talibanes [7].

Néanmoins, le site d’information, Aljazeera, fait remarquer que le principal défi de Monsieur Khan sera d’ordre économique. En effet, le pays doit continuer à nouer des liens avec la Chine, qui est devenu au fil des années un investisseur important dans le domaine des infrastructures pakistanaises. De plus, Aljazeera affirme que Monsieur Khan doit remplir ses promesses en matière de création d’emplois s’il veut continuer à avoir le soutien de l’armée et du peuple [8].

 

 

[1] DOUNIAC, Vanessa. (26.07.2018). « Au Pakistan, une victoire historique qui émerge d’un brouillard électoral », Le Temps, Disponible en ligne : https://www.letemps.ch/monde/pakistan-une-victoire-historique-emerge-dun-brouillard-electoral. (Consulté le 27.07.2018).

[2] AFP / LE COURRIER INTERNATIONAL. (27.07.2018). « Pakistan: longue attente des résultats du vote, Imran Khan se proclame vainqueur », Le Courrier international, Disponible en ligne : https://www.courrierinternational.com/depeche/pakistan-longue-attente-des-resultats-du-vote-imran-khan-se-proclame-vainqueur.afp.com.20180727.doc.17y838.xml. (Consulté le 27.07.2018).

[3] DEFRANOUX, Laurence. (26.07.2018). « Imran Khan : un champion populiste prend la tête du Pakistan », Libération, Disponible en ligne : http://www.liberation.fr/planete/2018/07/26/imran-khan-un-champion-populiste-prend-la-tete-du-pakistan_1669084. (Consulté le 27.07.2018).

[4] IMBERT, Louis. (27.07.2018). « Au Pakistan, la revanche du « capitaine » de cricket Imran Khan », Le monde, Disponible en ligne : https://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2018/07/27/au-pakistan-la-revanche-du-capitaine-imran-khan_5336473_3216.html. (Consulté le 27.07.2018).

[5] BARKER, Menphis. (27.07.2018). “Pakistan election: victor Imran Khan hits former ruling party in its heartlands”, The Guardian, Disponible en ligne: https://www.theguardian.com/world/2018/jul/27/pakistan-election-imran-khan-official-results-win-coalition. (Consulté le 27.07.2018)

[6] LE POINT. (27.07.2018). « Au Pakistan, la victoire controversée d'Imran Khan », Le point, Disponible en ligne :http://www.lepoint.fr/monde/au-pakistan-la-victoire-controversee-d-imran-khan-27-07-2018-2239573_24.php. (Consulté le 27.07.2018).

[7] GETTLEMAN, Jeffrey. (27.07.2018). “The Rise, Fall and Rise Again of Imran Khan, Pakistan’s Next Leader”, The New York Times, Disponible en ligne: https://www.nytimes.com/2018/07/26/world/asia/imran-khan-pakistan-election.html. (Consulté le 27.07.2018).

[8] NASIR, Abbas. (26.07.2018). “The many challenges awaiting Pakistan's Imran Khan”, Aljazeera, Disponible en ligne: https://www.aljazeera.com/indepth/opinion/challenges-awaiting-pakistan-prime-minister-180726115934959.html. (Consulté le 27.07.2018).

Category: