Risque ou bénéfice ? La face cachée de l'activisme des célébrités

De nombreuses Organisations internationales (OI) et non-gouvernementales (ONG) font appel à des célébrités en tant qu’ambassadrices de bonne volonté pour les représenter. Que ce soit Angelina Jolie pour le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)David Beckham pour le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Leonardo Dicaprio pour l’Organisation des Nations Unies (ONU) ou encore Emma Watson pour HeForShe, toutes ces stars militent pour les causes plaidées par les divers Organisations dont elles sont ambassadrices. De nos jours, la liste des célébrités activistes ne cesse de s'accroître. Mais comment expliquer ce phénomène ? Qu’en est-il de son efficacité ? Et quelles sont les raisons qui s’y cachent derrière ? Cet article tente d’apporter une réflexion sur ces questions à travers les tenants et aboutissant de l’activisme des célébrités.

Français

Angelina Jolie, actrice américaine et ambassadrice de l'UNHCR ainsi que William Hague, ancien ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni, lors de leur visite au camp de réfugiés du Lac Vert au Rwanda (2013) - Source: Flickr

Qu'est-ce que l'activisme des célébrités ?

Dans un premier temps, nous nous devons de clarifier la notion d’« activisme ». D’après le Larousse, ce terme se définit comme étant un « système de conduite qui privilégie l'action directe (en particulier dans le domaine politique, social)». De plus, il se détermine également comme une « attitude morale qui insiste sur les nécessités de la vie et de l'action et sur les compromissions nécessaires avec des principes trop stricts ». En d’autres termes, l’activisme se traduit à travers des changements sociaux, politiques, économiques et/ou environnementaux, principalement menés par des individus ou des mouvements sociaux, afin de changer le monde [1]. D’une part, l’activisme peut se réaliser de façon directe notamment à travers des protestations, des boycotts, ou encore des manifestations. D’autre part, elle peut être menée indirectement par des moyens de lobbyings, pétitions, publications sur les réseaux sociaux ou participation à des réunions [2]. Par conséquent, nous notons que l’activisme peut se présenter sous des formes diverses et variées. Ainsi, on parlera d’« activisme des célébrités » lorsque de telles actions sont menées par des personnalités publiques dans le but d’apporter un changement dans le monde.

Bien qu’il s’avère d’actualité, ce phénomène n’est pourtant pas tout récent. En effet, deux tendances fondamentales ont fait que l’activisme des célébrités a pris son essor dès la fin des années 60 ainsi que tout au long des années 70 [3]. La première a été l’évolution de la sphère publique, qui, grâce à la télévision, a permis de contribuer au positionnement des célébrités comme étant de potentielles ressources politiques [4]. Tandis que la deuxième tendance consiste à la fois en l’apparition d’une centaine d’ONGs ainsi que de l’expansion de celles préexistantes à travers le monde. Cela résulte principalement de la croissance accrue dans le domaine des Droits de l’Homme au cours de cette période [5].

 

Quels sont les effets bénéfiques de l’activisme des célébrités ? Exemple de l'UNICEF

Parmi les OIs, l’UNICEF a été la première Organisation philanthropique à faire appel aux célébrités afin de promouvoir ses missions de garanties des droits de l’enfant à l’éducation, la santé, l’égalité et à la protection. À ce jour, la liste des ambassadeurs itinérants de l’UNICEF aussi bien au niveau national, régional qu'international ne cesse de s’accroître [6]. À ce sujet, l’institution précise que bénéficier de la notoriété des personnalités de diverses industries de divertissement (musique, sport, télévision, …) permet de sensibiliser un large public sur les causes défendues par l’UNICEF [7]. De plus, les célébrités font également office d’intermédiaire. En effet, elles peuvent ouvrir des discussions avec les personnes compétentes dans le domaine politique afin de voir les enjeux s’améliorer [8]. D’autre part, étant donné que les personnalités publiques soient considérées comme des leaders et exemples positifs dans leur milieu professionnel, l’UNICEF est convaincu que l’appel à ces dernières soit non seulement un moyen efficace pour sensibiliser la population aux besoins des enfants, mais joue également un rôle crucial quant à la récolte de fonds. Cela s’explique notamment par l’efficacité de leurs moyens de communication. En effet, grâce à leur visibilité, les célébrités, en tant qu’ambassadrices de bonne volonté, utilisent divers médias tels que les réseaux sociaux, la télévision ou la presse pour sensibiliser, plaider et éduquer au nom de l’UNICEF [9]. Pour toutes ces raisons, « (…) les ambassadeurs de l’UNICEF ont prouvé qu’une personnalité publique pouvait être un outil puissant pour mobiliser l’appui nécessaire pour améliorer la vie des enfants et garantir leurs droits fondamentaux [10]. »

 

Quels sont les aspects négatifs ou risques de l’activisme des célébrités ? 

Les enfants, particulièrement issus des pays du Sud, sont considérés comme les principaux bienfaiteurs de l’activisme des célébrités et du tourisme humanitaire. En effet, l’enfant, étant perçu comme innocent et dépendant, va être utilisé dans les campagnes de développement afin d’obtenir une intervention occidentale [11]. Par ailleurs, cela risque de renforcer la hiérarchie entre le Nord et le Sud. En d’autres termes, une analogie peut être faite entre l’activisme des célébrités et le colonialisme. Ceci résulterait en partie des discours tenus par les personnalités publiques, qui non seulement ne cessent de renvoyer l’image d’une Afrique qui peine à s’occuper d’elle-même mais qui contribuent également au maintien d’une relation de domination des pays du Nord sur le continent. De même, bien que l’idée y soit, l’intention n’est pas toujours fondée. En réalité, certaines stars utilisent le prétexte des voyages humanitaires non pas pour plaider les causes à travers le monde, mais plutôt comme moyen stratégique pour faire la une des médias [12]. Par conséquent, certaines d’entre elles, motivées par l’idée de projeter une meilleure image de soi ainsi que gagner en notoriété, s’engagent dans des travaux de charités [13]. Ainsi, l’intention réelle, qui se cache derrière la volonté de venir en aide aux plus démunis, est parfois purement égocentrique. Mais encore, malgré le succès des célébrités à attirer un large public sur les questions humanitaires, apporter un réel changement par des politiques appropriées demeure inefficaces [14]. D’ailleurs, n’ayant ni la formation, ni les informations nécessaires, ces célébrités auront tendance à simplifier les enjeux politiques et socio-économiques liés aux causes qu’elles défendent [15]. Ainsi, penser qu’il est possible de tout changer est loin d’être réaliste [16]. Plusieurs échecs démontrent ces propos comme notamment la lutte contre la pauvreté de Bono ou la mobilisation de George Clooney pour sauver le Darfour [17]. Pour toutes ces raisons, l’activisme des célébrités et sa réelle efficacité reste questionnable.

 

Entre impact et efficacité de l’activisme des célébrités : quelle conclusion tirée ?

Bénéficiant d’une meilleure visibilité, les personnalités publiques jouent un rôle important quant à la diffusion et sensibilisation des enjeux à travers le monde. De plus, faisant appel à leur sentimentalisme, ces dernières réussissent avec succès à parler au cœur du peuple. En effet, contrairement aux diplomates et politiciens, les célébrités n’ont pas de positions idéologiques et attirent donc une plus grande audience que les partis politiques traditionnels [18]. C’est notamment pour cela que les Organisations, telle l’UNICEF, font appel à ces dernières. Ainsi, « (…) la diplomatie des célébrités a engendré de nouvelles formes d’engagement qui indiquent une transformation des formes de relations internationales centrées sur l’État à des formes plus populistes [19]. » Or, l’activisme des célébrités produit-il de réels changements ? Ceci, en revanche, n’est pas toujours le cas. Non seulement de nombreux combats menés par des célébrités ont voué à l’échec, mais encore, ils ne font qu’accentuer les stéréotypes de la figure occidentale qui vient en aide aux pays du Sud. Cela renforce l’idée du colonialisme. De plus, comme mentionné plus haut, les personnalités publiques ignorent souvent la complexité des problèmes politiques et socio-économiques sur le terrain et auront donc tendance à les simplifier. 

On peut donc conclure que certes les célébrités amènent la problématique à se faire connaître à un vaste public, mais c’est uniquement en collaborant avec les acteurs compétents dans les domaines de la politique régionale, nationale voire internationale que l’on peut trouver de réelles solutions. Ainsi, avec une bonne connaissance de la situation, les célébrités peuvent jouer le rôle d'intermédiaire entre la diffusion de l’information et la résolution du problème. De ce fait, l’activisme des célébrités, à lui seul, ne peut changer des situations drastiques. C’est pourquoi, il faut se diriger vers une collaboration des célébrités activistes avec les autorités compétentes. 

 

Par Kosala Karunakaran

 

Références :

[1Permanent Culture Now. « Introduction to Activism ». Permanent Culture Now, Disponible en ligne : http://www.permanentculturenow.com/what-is-activism/(Consulté le 19.09.2018).

[2MARION, Alexandre. (2018). « L'activisme des célébrités américaines : force politique ou mirage ? »Perspective MondeDisponible en ligne : http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMAnalyse?codeAnalyse=2593(Consulté le 19.09.2018). 

[3]THRALL, Trevor A. and STECULA, Dominik A. (2017). « All the World’s a Stage: The Rise of Transnational Celebrity Advocacy for Human Rights » in Howard Tumber and Silvio Waisbord (Eds.), The Routledge Companion to Media and Human Rights, Oxford: Routledge. p.3 

[4Ibid.

[5Ibid.

[6UNICEF. « Portraits de l’UNICEF : Ambassadeurs et défenseurs des enfants », UNICEFDisponible en ligne : https://www.unicef.org/french/people/people_ambassadors.html. (Consulté le 19.09.2018).

[7UNICEF. « UNICEF Ambassadors »,UNICEFDisponible en ligne : https://www.unicefusa.org/supporters/celebrities/ambassadors. (Consulté le 19.09.2018).

[8UNICEF. « Portraits de l’UNICEF : Ambassadeurs et défenseurs des enfants », UNICEFDisponible en ligne : https://www.unicef.org/french/people/people_ambassadors.html. (Consulté le 19.09.2018).

[9UNICEF. « UNICEF Ambassadors »,UNICEFDisponible en ligne : https://www.unicefusa.org/supporters/celebrities/ambassadors(Consulté le 19.09.2018).

[10Ibid.

[11MOSTAFANEZHAD, Mary. (2013). « ‘Getting in Touch with your Inner Angelina’: celebrity humanitarianism and the cultural politics of gendered generosity in volunteer tourism. Third World Quarterly34(3), 485-499.

[12WEST, Darrell M. (2007). Angelina, Mia, and Bono: Celebrities and international development. Development 2: 1-9. (pp 5-6).

[13LAUNIUS, Roger D. (2017). « Celebrity Activism in Sports and Society », Wordpress, Disponible en ligne: https://launiusr.wordpress.com/2017/06/19/celebrity-activism-in-sports-and-society/. (Consulté le 19.09.2018).

[14The Guardian. (2015). « Who really benefits from celebrity activism ?», The Guardian, Disponible en ligne : https://www.theguardian.com/lifeandstyle/2015/jul/10/celebrity-activism-africa-live-aid(Consulté le 19.09.2018).

[15BELSOEUR, Camille. (2015). « Pourquoi les célébrités qui veulent "sauver" l'Afrique s'y prennent souvent mal. Non, George Clooney n'a pas sauvé le Darfour. », Slate Afrique, Disponible en ligne : http://www.slateafrique.com/594829/stars-afrique-george-clooney(Consulté le 19.09.2018).

[16Ibid.

[17Ibid.

[18WEST, Darrell M. (2007). Angelina, Mia, and Bono: Celebrities and international development. Development 2: 1-9. (pp 5-6).

[19WHEELER, Mark. (2011). Celebrity diplomacy: United Nations’ Goodwill Ambassadors and Messengers of Peace. Celebrity Studies 2(1), 6-18. (P.16)

Category: