Semaine des droits humains 2016 – Prix Martin Ennals

ACTUALITÉS – Ce mardi 11 octobre se célébrait dans les bâtiments de l’Université de Genève la cérémonie de remise des Prix Martin Ennals. Visant à récompenser les défenseurs des droits humains, le prix a pour « objectifs de protéger et de soutenir des défenseurs(ses) des droits de l’homme en danger ».1 Dans le cadre de la semaine des droits humains, soutenue par le canton de Genève, la Confédération Suisse ainsi que l’Université de Genève, cet événement permet d’encourager les personnes qui cherchent à promouvoir les droits humains, comme l’a rappelé Yves Flückinger, recteur de l’Université de Genève. Trois finalistes ont été sélectionnés par un jury composé des plus importantes organisations de défense des droits de l’homme du monde. Le CIPADH était présent afin de couvrir l'événement. Présentation d’une cérémonie magnifique, gorgée de symbole. 

Français

Cérémonie des prix Martin Ennals - source : Sonia Rodríguez

Ce mardi 11 octobre, le Prix Martin Ennals était célébré dans les bâtiments de l’Université de Genève. Des invités d’exception étaient présents afin de remettre ce prix et de s’exprimer à cet égard :

  • Michel CERUTTI, journaliste, maitre de cérémonie
  • Micheline CALMY-REY, professeure à l’Université de Genève, présidente de la Confédération (2007, 2011) ministre des affaires étrangères (2003-2011)
  • Yves FLÜCKINGER, recteur de l’Université de Genève
  • Dick OOSTING, président de la Fondation Martin Ennals
  • Sandrine SALERNO, conseillère administrative en charge du Département des finances et du logement (Genève)
  • H.E. Zeid Ra’ad AL HUSSEIN, Haut-commissaire aux droits de l’Homme des Nations Unies

 

Apparu dans les années 90 pour honorer le travail de Martin Ennals, 1er secrétaire d’Amnesty International qui a été une importante source d’inspiration pour beaucoup, ce prix vise à mettre en avant les principes des droits humains et les gens qui se battent pour eux. M. Flückinger a ainsi rappelé qu’il fallait « célébrer les personnalités qui vont dans le sens des droits humains » et a également salué le judicieux choix de Genève pour la remise de ces prix en raison de ce qu’il a nommé « l’esprit de Genève ». En effet, cette ville a été un lieu de réalisation d’importants projets par de personnalités qui ont contribué à l’essor de droits de l’homme, tels que Jean Calvin, Henri Dunant, Jean-Jacques Rousseau ou encore Théodore de Bèze. Aujourd’hui, elle est la ville qui accueille un bon nombre d’organisations internationales et d’ONG se battant pour les droits humains. 

Après une intéressante introduction, les finalistes 2016 ont été présentés à travers des films documentaires. 

Zone 9 bloggeurs (Ethiopie). Neuf militants des droits humains ont répertorié les différentes violations perpétrées dans leur pays. A peine deux semaines après l’ouverture de leur blog, celui-ci a été fermé et les bloggeurs ont été arrêtés, jugés et condamnés pour terrorisme. Ils ont été libérés mais six des neuf bloggeurs n’ont toujours pas le droit de sortir du pays tandis que les trois autres sont en exil. Dans le film, les jeunes ont révélé avoir été torturés. L’un des bloggeurs s’est demandé comment était-ce possible de subir autant de souffrance pour n’avoir voulu qu’exprimer son opinion. Un seul bloggeur était présent pour recevoir un accessit Martin Ennals, Zelalem Kibret Beza.

Razan Zaitouneh (Syrie). Razan a consacré sa vie à défendre les prisonniers politiques, à répertorier les violations et à aider autrui à se libérer de l’oppression. En fondant le Centre de Documentation des Violations (VDC), elle a documenté le nombre de morts et de mauvais traitements dans les prisons syriennes. Elle a été enlevée, avec son mari et deux collègues, le 9 décembre 2013. Leur lieu de détention demeure inconnu. Sa sœur, Rana Zaitouneh, était présente pour recevoir un accessit Martin Ennals en son nom et s'est exprimé sur la condition syrienne dans un discours touchant. Elle souhaite que les Syriens puissent être libérés de la peur et de l’oppression, pour que le travail de sa sœur n’ait pas été en vain. 

Ilham Tohti (Chine). Célèbre intellectuel ouïghour en Chine, Ilham Tohti a travaillé deux décennies durant pour favoriser le dialogue et la compréhension entre les Ouïghours et Hans chinois. Cherchant à promouvoir la paix, son combat n’a été mené qu’avec des mots, ce qui a été rappelé par sa fille, Jewher Tohti. Depuis les années 90, il était mis sous surveillance parce que son travail était considéré comme une forme de terrorisme. En 2013, il a été arrêté à l’aéroport, alors qu’il se rendait aux Etats-Unis avec sa fille. Après un procès qui a duré deux jours, il a été reconnu coupable de séparatisme et condamné à la prison à vie en janvier 2014. Des pétitions de libération signées de la main des plusieurs centaines d’universitaires ont été adressées au gouvernement chinois, sans succès. Sa fille a déclaré : « Mon père Ilham Tohti a utilisé une seule arme dans sa lutte pour les droits fondamentaux des Ouïghours du Xinjiang : les mots ; parlés, écrits, distribués et affichés. C’est tout ce qu’il avait  à sa disposition, et c’est tout ce dont il avait  besoin. Voilà ce que la Chine a trouvé de si menaçant. Une personne comme lui ne mérite pas d’être en prison, ne serait-ce même pour un jour ».2 Il est le Lauréat pour cette année 2016.

Sandrine Salerno a conclu la cérémonie en félicitant les trois finalistes et en exprimant le souhait que la remise de ce prix soit un moyen de renforcer les droits humains et leur influence. Elle s’est par la suite appuyée sur les propos de la célèbre philosophe suisse, Jeanne Hersch, pour s’exprimer face aux personnes qui estiment que les droits humains ne sont pas universels et s’exportent d’une façon autoritaire. Elle a rappelé que l’universalité réside dans le droit d’être un humain et que le véritable danger apparait lorsque l’on commence à opposer l’individualité au groupe. Selon elle, c’est de cette façon que les idées nationalistes émergent et que les conditions de violence se développent.

 

1 Martin Ennals Award, A propos du prix Martin Ennals [en ligne], (modifié en 2016). Disponible sur : http://www.martinennalsaward.org/?page_id=763&lang=fr (consulté le 13 octobre 2016)

2 IBID

 

Par Sonia Rodríguez - Coordinatrice de projets au CIPADH

 

Webographie

Martin Ennals Award, A propos du prix Martin Ennals [en ligne], (modifié en 2016). Disponible sur : http://www.martinennalsaward.org/?page_id=763&lang=fr (consulté le 12 octobre 2016)

Category: