Une force anti-djihadiste pour la sécurité du Sahel

ACTUALITÉ-Le Sahel, bande de territoire traversant le continent africain de l’océan Atlantique à la mer rouge, est une zone séparant l’Afrique en deux espaces climatiques et géographiques différents. Cette zone est aujourd’hui surtout connue pour l’instabilité qui y règne. Plus particulièrement, le groupe des cinq du Sahel (G5S ou G5 Sahel), un club de coopération et de discussion en matière économique et de sécurité, se trouve touché par l’instabilité de la zone. Plusieurs groupes terroristes agissent sur ce territoire : de manière générale ces groupes ont soit prêté allégeance à l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL) soit à Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), frange d’Al-Qaïda. La présence de ces groupes, ainsi que d’autres trafics et activités illégales, explique la présence d’une force onusienne et d’une force française dans la région du Sahel [1]. Par ailleurs, le 21 juin 2017,  le Conseil de Sécurité a adopté une résolution concernant une « force conjointe » composée du G5S des pays de la zone : le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Quel et ce projet et quelles négociations ont été nécessaires ?

 

Français

Sahel forest - Wikimedia Commons

Un projet soutenu par les Etats-Unis dans sa version amendé

Aujourd’hui, au Sahel, la MINUSMA : la mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali, est une mission en « appui au processus politique » et qui veille à « la stabilisation du Mali ». La MINUSMA a été créé en 2013. Par son mandat, elle vise à stabiliser la région tant sur un plan politique que sécuritaire [2]. L’armée française est aussi présente sur le territoire à travers l’opération Barkhane qui, depuis 2014, lutte contre les forces terroristes de la zone du Sahel [3].

 

Source : Infographie BIG 

Ajoutée à cela, une résolution a été déposée par la France devant le Conseil de Sécurité concernant une autre force de lutte contre les terroristes menés par le G5S. Elle a été conjointement discutée avec les Etats-Unis. Après amendements, la résolution a été adoptée à l’unanimité par le Conseil de Sécurité des Nations Unies. Pour le représentant de la France à l’Organisation des Nations Unies, cette adoption à l’unanimité par le Conseil de Sécurité et ce terrain d’entente trouvé avec les Nations Unies donnent toutes sa force à la résolution []. Cette zone intéresse la France mais aussi les Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme et dans les renseignements qui peuvent être collectés.

Selon les États-Unis, le texte initialement proposé donnait un mandat trop élargie à cette force anti djihadiste du G5S. Cette force reste néanmoins légitimée par cette résolution du Conseil de Sécurité. Par ailleurs, aucune référence au Chapitre 7 de la Charte des Nations Unies concernant l’« action en cas de menace contre la paix, de rupture de la paix et d’actes d’agression » n’est proposée. De plus, la mention « employer tous les moyens nécessaires » n’est pas présente dans la résolution, la résolution ne semble donc pas donner beaucoup de puissance à la force anti-djihadiste. La marge de manœuvre de la mission ne semble donc pas si large que l’aurai peut-être souhaité certains Etats, et ce, malgré ces déclarations de satisfaction sur l’adoption de la résolution a l’unanimité. 

 

Quels but pour la « force conjointe » du G5S ?

La résolution 2359 est donc adoptée à l’unanimité le 21 juin 2017 à la 7979ème séance du Conseil de Sécurité. La résolution fixe d’abord le cadre juridique entourant la décision, se basant sur le paragraphe 1 du chapitre 1 de la charte des nations unies énonçant les buts de l’Organisation des Nations Unies : « Maintenir la paix et la sécurité internationales ». Le Conseil de Sécurité expose son raisonnement en rappelant son inquiétude quant aux activités terroristes et autres trafics illégaux de la région. La « force conjointe » du Groupe des 5 du Sahel a été créé par une résolution du dit groupe en février 2017 et autorisé par Le Conseil de paix et de Sécurité de l’Union Africaine par la suite. Pour le Conseil de Sécurité, cette force est en accord avec les principes du droit international puisqu’elle vise à protéger les civils et devra, dans la réalisation de sa mission, veillé à respecter les principes du droit international et « notamment le droit international humanitaire, le droit international des droits de l’homme et le droit international des réfugiés ». Cette « force conjointe » soutiendra la MINUSMA, la force de l’ONU déjà présente sur le territoire malien, souvent en difficulté à cause de moyens trop limité.

Le Conseil de Sécurité a qualifié la situation au Mali de menace pour la paix et  « accueille avec satisfaction le déploiement de la FC-G5S [Force conjointe – Groupe des 5 du Sahel] sur l’ensemble du territoire des pays qui y participent ». Cette force sera composée de 5000 hommes des différents pays et le financement ainsi que le soutien technique reste l’apanage du G5S. Bien que le Conseil de Sécurité ait invité les partenaires du G5S à leur apporter une aide aussi bien technique que financière, aucune aide ne sera apportée par les Nations Unies. Le Conseil de Sécurité a estimé qu’il restait saisi de la question, il reste donc le seul organe des Nations Unies compétent sur la question.

Cette résolution a donc un but ambitieux : la protection des civiles de cette zone instable, rongée par le terrorisme. Cependant les moyens dont bénéficiera cette mission sont pour le moment flous, les Etats de la région ne disposant pas à eux seuls de moyens financier très importants. Sur le long terme, cette mission pourrait être le moyen pour la France de se retirer de la région.

 

EF - Assistante de Recherche au CIPADH

 

NOTES DE BAS DE PAGES :

-[1] « Nouvelle Force Au Sahel : Par Ici La Sortie?” Libération.fr, June 30, 2017. http://www.liberation.fr/planete/2017/06/30/nouvelle-force-au-sahel-par-....

-[2]“United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA).” Accessed July 6, 2017. http://www.un.org/en/peacekeeping/missions/minusma/.

-[3]“Opération Barkhane.” Accessed July 6, 2017. http://www.defense.gouv.fr/operations/operations/sahel/dossier-de-presen....

 

WEBOGRAPHIE :

-AFP. “Sahel: Le Conseil de Sécurité va Voter Sur La Force Anti-Jihadiste.” Libération.fr, June 21, 2017. http://www.liberation.fr/planete/2017/06/21/sahel-le-conseil-de-securite....

-Sengupta, Somini. “U.N. Security Council Welcomes Deployment of New Counterterrorism Force in Africa.” The New York Times, June 21, 2017, sec. Africa. https://www.nytimes.com/2017/06/21/world/africa/security-council-sahel-f....

-RFI. “UN Security Council Welcomes Sahel Force after US-France Compromise.” RFI, June 22, 2017. http://en.rfi.fr/africa/20170622-un-security-council-welcomes-sahel-forc....

-News Wires. “UN to Vote on Sending Troops to Sahel after French-US Deal.” France 24, June 21, 2017. http://www.france24.com/en/20170621-united-nations-vote-sending-troops-s....

-“Force Anti-Jihadiste: Vote Du Conseil de Sécurité.” Tdg.ch/. Accessed July 5, 2017. //www.tdg.ch/monde/force-antijihadiste-vote-conseil-securite/story/28598298.

-Hugon, Philippe. “Le G5 Anti-Djihadiste Peut-Il Venir À Bout Du Terrorisme Au Sahel ?” IRIS. Accessed July 5, 2017. http://www.iris-france.org/96914-le-g5-anti-djihadiste-peut-il-venir-a-b....

-“Nouvelle Force Au Sahel : Par Ici La Sortie?” Libération.fr, June 30, 2017. http://www.liberation.fr/planete/2017/06/30/nouvelle-force-au-sahel-par-....

-“United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA).” Accessed July 6, 2017. http://www.un.org/en/peacekeeping/missions/minusma/.

-“Opération Barkhane.” Accessed July 6, 2017. http://www.defense.gouv.fr/operations/operations/sahel/dossier-de-presen....

-lefigaro.fr. “Les USA Veulent Que La France Reste Au Sahel.” Le Figaro, April 23, 2017. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/04/23/97001-20170423FILWWW00246-l....

 

Category: